L’actualité de l’association de Damien Seguin


facebook-Damien

29.07.2017

Pour suivre Damien et ses projets avec DPDM, RDV sur facebook

Cliquez ici pour accéder à sa page Facebook

L'équipage prêt pour la nouvelle saison en Diam 24

17.03.2016

L’équipage Fondation FDJ – Des Pieds et Des Mains (DPDM) skippé par Damien Seguin retrouvera dans dix jours le circuit Diam 24 à l’occasion du Spi Ouest France qui aura lieu à La Trinité sur Mer du 26 au 28 mars. Si l’objectif de cette année reste un Top 10 sur le Tour de France à la Voile, l’équipage compte bien faire ses armes sur les six régates d’avant-saison, inscrites à son programme. Prendre le bateau en main, tester les différentes configurations d’équipage et apprendre à mieux se connaître sont les enjeux de ces épreuves en vue du Tour de France à la Voile.  Mais pas seulement. Damien et ses équipiers sont impatients de découvrir le niveau de la concurrence.  « A l’heure actuelle, il nous est difficile de nous comparer à nos concurrents. Cette année, les deux grosses écuries, Groupama et Spindrift ne seront pas là, mais il y aura de nouveaux projets. Ces régates de pré-saison sont importantes car elles vont nous permettre de découvrir nos adversaires et de nous jauger par rapport au reste de la flotte ». explique Damien

Eric Flageul, un deuxième équipier handisport en renfort

Année paralympique oblige, Damien Seguin ne sera pas présent sur l’ensemble des régates d’avant-saison et sur toutes les étapes du Tour de France à la Voile. En son absence, c’est Eric Flageul (ayant pour handicap l’usage d’un seul bras) qui prendra la barre du Diam 24 Fondation FDJ – Des Pieds et Des Mains. Ce dernier entrera d’ailleurs en piste dès le Spi Ouest France. Une association qui ravit Damien. « Avec la Fondation FDJ, nous avons la volonté d’accroitre l’effectif handi sur le Diam 24. Tous les handicaps ne permettent pas de faire du Diam mais Eric, qui participera aux Jeux Paralympiques en Sonar (après une participation aux Jeux de Londres 2012) était très intéressé pour venir naviguer avec nous cette année. Il navigue très bien et parle de son handicap de manière positive, ce qui correspond bien à l’image que l’on souhaite donner au projet. Nous avons déjà navigué ensemble mais nous ne serons pas à bord en même temps pendant le Tour. En revanche, nous nous associerons parfois sur des régates d’avant-saison » explique Damien.

Le programme Jeunes Espoirs

 

Le programme Jeunes Espoirs mis en place par la Fondation FDJ  et l’association Des Pieds et Des Mains a pour objectif d’aider des jeunes handi pratiquant la voile à se former à la pratique du multicoque en vue d’intégrer le team de Damien Seguin sur le Tour de France à la Voile en 2017. Pour ce faire, l’association Des Pieds et Des Mains a mis à leur disposition des Weta, petits trimarans qui leur permettront de fourbir leurs armes en multicoque. « La volonté de la Fondation FDJ et de l’association Des Pieds et Des Mains est de se servir de la dynamique Diam 24 pour permettre à des jeunes handi d’accéder à « l’antichambre du Diam 24 » confie Jean-Jacques Dubois, responsable du Programme Jeunes Espoirs et coach du team Fondation FDJ - DPDM.

 

Mathieu Laperche, licencié à la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer, et Ange Margaron, de Nouvelle-Calédonie, sont les deux Jeunes Espoirs retenus pour l’année 2016. Tous deux ont été repérés lors du programme JAP (Jeunes A Potentiel) mis en place par la Fédération Handisport et dont la vocation est de déceler les jeunes talents. Mathieu et Ange participeront dès le mois d’avril à des entraînements puis à des régates en trimaran et seront présents sur quatre étapes du Tour de France à la Voile pour effectuer des régates d’exhibition sur Diam 24 et faire partager leur expérience du handivoile au grand public

PROGRAMME

26 au 28 mars : Spi Ouest France

8 au 10 avril : Grand Prix Atlantique

5 au 8 mai : Grand Prix de l’École Navale

4 au 6 juin : Raid de Quiberon

8 au 31 juillet : Tour de France à la Voile


 

 

A 1 an des JO de Rio, Damien Seguin veut briller à Valence.

07.09.2015


La cité portuaire espagnole accueille du 9 au 12 septembre le championnat d’Europe IFDS réservé au 2.4mR. C’est une étape importante pour le skipper français qui, à 1 an de son rêve olympique, ne laisse rien au hasard dans sa préparation.
Dans la tête de Damien Seguin, la conquête des JO de Rio débute maintenant. Et pour mettre toutes les chances de son côté, il a préparé avec minutie son tout nouveau bateau et ces prochains mois lui serviront de test de validation.
"A 1 ans des jeux de Rio, l’essentiel est de valider mon matériel. J’ai actuellement deux 2.4mR très compétitifs. Je veux choisir rapidement celui qui fera les jeux pour pouvoir engranger par la suite le maximum de milles sur le bateau des JO. Je ferai mon choix à l’issu de ce championnat d’Europe et du mondial en Australie".
Côté physique, depuis cet été, Damien s’est préparé tous les jours au pôle France de l’ENVSN à Quiberon. Au vue de la densité des prochains événements et des longs déplacements (Rio, Melbourne), il sait que sa forme physique sera essentielle pour être au top de ses performances sur l’eau.
A valence, le top départ des régates sera donné mercredi et nous serons vendredi soir, qui des 22 athlètes, montera sur la plus haute marche de l’Europe. D’ici là, Damien et son équipe sont à pied d’œuvre pour les derniers préparatifs et le test de jauge de mardi.

Rideau de fin sur le Tour de France à la Voile

29.07.2015

A retenir dans ce communiqué :

- Journée annulée à Nice en raison du vent fort
- Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains reste 19ème du classement général
- Un bilan positif pour ce premier engagement dans la voile

Le rideau tombe sur le Tour de France à la Voile sur ce qui reste peut-être comme l’un des plus beaux spectacles de ces 21 jours de compétition. A 13h00 pile aujourd’hui, le vent s’est levé sur la baie des Anges et les premières courses ont pu être lancées dans une mer formée avec des bateaux faisant fumer leurs étraves. Dans ces conditions folles, Damien, Loïs et George accrochent une belle sixième place sur la première manche qualificative mais la journée sera finalement annulée pour raison de sécurité. En quelques minutes, un bateau s’est retourné (Engie / Sébastien Rogues) et un homme est tombé à la mer, il n’en fallait pas plus pour que la direction de course ordonne aux 28 concurrents de se mettre en sécurité dans le Vieux Port de Nice.

C’est donc le classement d’hier qui fait foi et qui offre le sacre à Spindrift alors que Groupama et Combiwest complètent ce superbe podium. Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains conserve sa 19ème place et le skipper, Damien Seguin, ne cache pas qu’il aurait aimé faire mieux. « Sportivement, on n’atteint pas l’objectif que l’on s’était fixé. On va débriefer de tout ça rapidement » explique-t-il. La vocation du projet était aussi de faire changer le regard sur le handicap et cette dimension sociale est un plein succès. Toutes les villes traversées ont reçu un équipement (Tiralo) pour permettre aux personnes en situation de handicap d’accéder à la mer et plus de 50 baptêmes ont pu être réalisés avec le soutien de Des Pieds et des Mains. « On espère avoir créé beaucoup d’envies et ce sont peut-être les futurs champions que nous avons fait naviguer » conclut Stéphane Pallez, Présidente de la FDJ, venue soutenir son équipe, aujourd’hui à Nice.

 Interview de Stéphane Pallez, Présidente de la FDJ :

« Pour la première fois, nous avons soutenu un bateau sur le Tour de France à la voile et c’est un bateau un peu particulier puisque le skipper - qui est un très bon skipper - n’a qu’une seule main. Outre le fait que c’est un très bon bateau sportif, c’est un bateau qui aide à changer le regard sur le handicap et qui prouve que le handicap n’empêche pas d’être hyper-performant. En allant à la rencontre des gens sur les plages, nous avons pu faire venir sur le bateau des enfants qui ont découvert qu’ils pouvaient eux aussi naviguer sur des bateaux comme les autres. On espère avoir créé beaucoup d’envies et ce sont peut-être les futurs champions que nous avons fait naviguer. »

 Interview de Frédérique Quentin, responsable du mécénat à la Fondation FDJ :

« Damien et ses coéquipiers terminent à la 19ème place, un petit peu en deçà de ce que l’on avait espéré mais avec plein de facteurs d’améliorations possibles. Les animations mises en place sur le village ont été très appréciées du grand public. Elles ont toutes contribuées à changer de regard sur le handicap. Le dernier aspect, ce sont les initiations et les baptêmes que nous mettons en place pour les personnes en situation de handicap. C’est un vrai succès avec une cinquantaine d’initiations. C’est un vrai bonheur de voir ces personnes handicapées qui ont pu découvrir les joies de la voile. »

 Interview de Damien Seguin :

« Ca a été intense. On s’attendait à avoir trois semaines pleines et le programme a été bien chargé, entre les navigations et ce qui se passe à terre avec les changements de ville, les démontages, remontages de bateau. Tout ça fait que ces 21 jours ont été assez éprouvants. C’est une aventure qui est bien réussie. Sportivement, on n’atteint pas l’objectif que l’on s’était fixé. On va débriefer de tout ça rapidement. On arrive quand même à terminer ce Tour dans de bonnes conditions et c’est le plus important. Tout le message que l’on a voulu faire passer pendant ces trois semaines avec le stand est bien passé et le vrai succès est là.

La Française des Jeux était plutôt dans le cyclisme, on leur a fait découvrir la voile et je crois qu’ils ont apprécié. Ils ont découvert un sport spectaculaire, un sport qui se partage bien avec le public et aussi des sportifs simples et accessibles. »

 Classement général définitif (28 inscrits) :

1. Spindrift (Xavier Revil)
2. Groupama (Franck Cammas)
3. Combiwest (Frederic Guilmin)

19. Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains (Damien Seguin)

Etape à Marseille

24.07.2015

La 8ème et avant dernière étape du Tour de France à la Voile vient de s’achever à Marseille dans des conditions de rêve avec du vent, du soleil et un décor magnifque. Pour Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains, ce séjour se termine sur « un rayon de soleil » explique Damien Seguin. Le skipper du bateau handi-valide s’impose sur la dernière manche du rond argent devant ses 13 concurrents. « Quand on prend un bon départ et qu’on fait de bons bords, c’est tout de suite plus facile » s’amuse Damien.

 Hier, Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains a terminé 18ème du raid côtier. Aujourd’hui le bateau bleu et blanc n’a pas réussi à accrocher la première moitié du tableau et a donc du se contenter de la finale « argent ». Le bateau est aujourd’hui 19ème du classement général mais les écarts sont faibles. A Nice, Damien, Loïs et George feront tout pour grapiller les petits points qu’il leur manque pour terminer 18ème.

 Interview de Damien Seguin :

« Cette dernière manche gagnée est le rayon de soleil de la journée. Ça fait du bien de voir que l’on peut gagner une manche. Quand on prend un bon départ et que l’on fait les bons bords, c’est tout de suite plus facile. Pendant ces deux jours à Marseille, les conditions de navigation ont été magnifiques avec du vent et du soleil. »

Classement général après 8 étapes :

1. Groupama (Franck Cammas)

2. Combiwest (Frederic Guilmin)
3. Spindrift (Xavier Revil)

19. Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains (Damien Seguin)

 Composition de l’équipage à Marseille :

- Damien Seguin

- Loïs Berrehar
- George Richards

Paré pour Gruissan

19.07.2015

A retenir dans ce communiqué :

- Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains en milieu de tableau à Roses

- Des changements dans l’équipage

 - Les courses reprennent à Gruissan dès demain

- CNN était à bord aujourd’hui

Du soleil, du vent et des courses à grande vitesse. Roses, 6ème étape de ce Tour de France à la Voile a tenu toutes ses promesses et offert une somptueuse Costa Brava aux 28 trimarans engagés. Fondation FDJ – Des Pieds Des Mains, gagne une place au classement général (19eme) avec ce séjour catalan mais personne n’est d’humeur à célebrer l’événement. « Ça aurait pu être une très bonne étape et c’est une étape qui est moyenne » explique Damien, l’exigeant. Lors du parcours côtier hier, le bateau handivalide prend la 11ème place et peut se féliciter d’avoir retourné à son avantage une situation pourtant mal engagée lors du départ.

Ce samedi, c’est sur une pénalité que la journée bascule. Lors de la deuxième course, Fondation FDJ joue aux avants postes dans un vent de plus en plus puissant. Lors d’un croisement rugueux avec Groupama, Cammas réclame contre Seguin et obtient gain de cause auprès du jury. Le bateau de la Fondation est sommé de tourner sur lui-même pour « réparer sa faute » mais se fait disqualifier par le jury pour avoir tardé à s’exécuter. Au moment de faire les comptes, cette course qui devait être la meilleure est finalement la pire et le bateau ne se qualifie pas pour la finale or. Il termine ainsi 21ème de la journée et 16ème du général de l’étape.

Dès demain, l’équipage sera à Gruissan pour la 7eme étape et l’équipage va modifier son fonctionnement. Mathieu Bourdais,  présent depuis le début à Dunkerque termine sa mission, ils seront donc trois - l’effectif minimum - pour terminer ce Tour de France à la Voile. La prochaine semaine promet d’être éprouvante pour Damien, Loïs et Rodrigue qui n’ont maintenant plus de « 4ème homme » avec qui organiser des rotations. Ils ont toute la soirée pour décider du fonctionnement qu’ils mettront en place, dès demain, sur le côtier.

 CNN invité spécial :

La célebre chaîne d’information en continu CNN était à bord de Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains aujourd’hui. Shirley Robertson, journaliste double médaillée olympique, a embarqué lors de la manche d’entraînement et a même pris la barre du trimaran. Ce reportage, consacré également à l’équipe cycliste, sera difusé partout dans le monde le 15 août prochain.

 Interview de Damien Seguin :

« Sur cette séquence de stades nautiques, nous avions le potentiel pour faire beaucoup mieux. On se fait disqualifier sur la manche 2. On a pris une pénalité sur un réclamation de Groupama (…). Nous avons réparé trop tard et le jury nous a disqualifiés. C’est une DSQ qui est dommage, comme sur les autres manches où nous sommes bien mais nous perdons des places. Ça aurait pu être une très bonne étape et c’est une étape qui est moyenne.  »

 

Classement de la journée (stades nautiques) :

1. Combiwest (Fred Guilmin)

2. Normandy Elite Team (Charles Hainneville)

3. La France du Nord au Sud (Aurélien Ducros)

25. Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains (Damien Seguin)

 

Classement général après 6 étapes :

1. Groupama (Franck Cammas)

2. Combiwest (Frederic Guilmin)

3. Spindrift (Xavier Revil)

19. Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains (Damien Seguin)

 

Composition de l’équipage à Roses :

- Damien Seguin

- Loïs Berrehar

- George Richards

- Mathieu Bourdais

 

Plus d’infos :
www.tourvoile.com

 

 

Les étapes du Tour de France à la Voile :
1. Dunkerque – 3, 4, 5 juillet
2. Fécamp – 6, 7 juillet
3. Pornichet – 9, 10 juillet
4. Roscoff – 11, 12 juillet
5. Les Sables d’Olonne – 14, 15 juillet
6. Roses (Espagne) – 17, 18 juillet
7. Gruissan – 19, 20 juillet
8. Marseille – 22, 23 juillet
9. Nice – 24, 25, 26 juillet

Des pieds et Des mains tourné vers la Méditerranée

18.07.2015

A retenir dans ce communiqué :

- Dure journée pour Fondation FDJ – Des Pieds et Des Mains aux Sables d’Olonne

- Ils terminent 25e des stades nautiques

- Dès vendredi, la Méditerranée

 

Il y a des jours avec et des jours sans et ce mercredi 15 juillet rentre dans la seconde catégorie. Tout avait pourtant bien commencé pour Damien et son équipage qui naviguaient aujourd’hui dans une configuration inédite (George Richards a remplacé Rodrigue Cabaz à la tactique). Lors de la première course de qualifications, ils prennent un départ canon mais une pénalité au passage d’une marque douche vite leurs espoirs.

 

Les manches s’enchaînent sous le soleil des Sables et, malgré de bons départs, le bateau bleu ne parvient pas à jouer aux avants postes. Ils doivent se contenter d’une finale en rond argent et, là encore doivent se contenter des miettes (11 ème) ce qui les place 25ème de la journée, bien en deçà de la 10ème place dont ils ont été capables à Roscoff.

 

« Nous n’avons pas eu besoin des autres pour être mauvais » tranche Damien. Dans la colonne des « plus » on met les départs, plutôt bons mais les manœuvres et le positionnement sur le plan d’eau ont coûté cher. Pour la première fois depuis Dunkerque, Rodrigue Cabaz n’était pas à bord et l’analyse tactique du Martiniquais a fait défaut. Comme prévu, c’est maintenant George Richards qui prend en main ce rôle essentiel et l’équipage n’a pas encore trouvé ses marques dans cette nouvelle disposition. Dès ce soir, l’équipe Fondation FDJ Des Pieds et des Mains reprend la route vers Roses, en Espagne, où se jouera la 6ème étape. Avant de se coucher, Damien, Loïs, George et Mathieu ont prévu un solide débriefing pour aborder la Méditerranée dans les meilleurs dispositions.

 

Interview de Damien Seguin :

«Hier, c’était pas trop mal. Le raid a été correct, en milieu de tableau (14, ndlr) et aujourd’hui, lors des stades nautiques ça a été beaucoup plus compliqué. On a changé le tacticien. Rodrigue a été remplacé par George et on a eu du mal à se caler sur le bateau, sur la prise de décision. Les manœuvres aussi étaient un peu poussives. Les départs étaient plutôt bons et on perd quasiment tout le temps ensuite. Plein de choses s’enchaînent, on n’a pas eu besoin des autres pour être mauvais même si, à certains moments ils ne nous ont vraiment pas aidés. Il va falloir recadrer les choses assez rapidement parce que ça s’enchaîne. Il y a du travail en perspective, on n’est pas encore couchés ce soir. »

 

Classement de la journée (stades nautiques) :

1. Combiwest (Fred Guilmin)

2. Groupama (Franck Cammas)

3. Prince de Bretagne (Lionel Lemonchois)

25. Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains (Damien Seguin)

 

Classement général après 5 étapes :

1. Groupama (Franck Cammas)

2. Combiwest (Frederic Guilmin)

3. Spindrift (Xavier Revil)

20. Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains (Damien Seguin)

 

Composition de l’équipage aux Sables d’Olonne :

- Damien Seguin

- Loïs Berrehar

- Rodrigue Cabaz
- George Richards

- Mathieu Bourdais

 

Plus d’infos :
www.tourvoile.com

 

Les étapes du Tour de France à la Voile :
1. Dunkerque – 3, 4, 5 juillet
2. Fécamp – 6, 7 juillet
3. Pornichet – 9, 10 juillet
4. Roscoff – 11, 12 juillet
5. Les Sables d’Olonne – 14, 15 juillet
6. Roses (Espagne) – 17, 18 juillet
7. Gruissan – 19, 20 juillet
8. Marseille – 22, 23 juillet
9. Nice – 24, 25, 26 juillet

Dans le dur à Pornichet

11.07.2015

C’est le lot de consolation de l’étape de Pornichet. L’équipe Fondation FDJ – Des Pieds des Mains vient d’être consacrée « équipage coup de cœur » par la ville hôte et cette reconnaissance fait chaud au cœur après deux jours compliqués pour Damien et ses hommes.

 Hier, sur le long parcours côtier, Loïs, Rodrigue et Mathieu réalisent une petite erreur de trajectoire qui leur coûte cher puisqu’ils terminent 21ème. « Cette erreur coute énormément parce qu’elle leur met du doute. Et comme ils en ont déjà sur leur vitesse, ça ne fait qu’en rajouter » analyse le coach, Jean-Jacques Dubois.

 Aujourd’hui, lors des stades nautiques, il s’en est fallu de peu pour que l’équipage atteigne les finales en rond or. Après trois manches de qualification, il faisait partie des plus sérieux candidats à la finale mais l’ultime manche de qualif a douché leurs espoirs. Dans un vent évanescent, ils passent de la 3ème à la 10ème place en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Une rotation phénoménale (180°) les a collés au plan d’eau quand le reste de la flotte s’envolait dans des conditions devenues favorables.

« Déçu, très déçu même » explique Jean-Jacques Dubois, le coach qui n’est pas le seul à trouver sévère cette ultime manche que beaucoup auraient souhaité voire annuler. Alors que le trimaran Fondation FDJ – Des Pieds et des Mains est presque démonté, le moral revient au sein de l’équipage. Dès demain, ils pourront prendre leur revanche dans la baie semée de cailloux de Roscoff.

 Interview de Jean-Jacques Dubois :

« Lors du côtier hier, ils prennent un bon départ et font un bon début de course mais ils font une petite erreur de lay-line (un bord hors cadre, ndlr). Cette erreur coute énormément parce qu’elle leur met du doute. Et comme ils ont déjà des doutes sur leur vitesse, ça ne fait qu’en rajouter. Ils se ressaisissent sur la fin et terminent 21. Ça n’est pas une mauvaise place mais ça n’est pas ce qu’on attendait.

Pour le stade nautique, ils commencent par un BFD (disqualification pour départ volé, ndr). Après ils font deux belles manches (3, 5) et la dernière manche se dispute dans un vent avec une grosse rotation et très instable en intensité avec des couloirs de vent. Nerveusement, c’est très difficile et surtout, le résultat final n’est pas bon. On est très déçus. Il y a plein de choses bien mais on ne sort pas de Pornichet en se disant, on a fait un beau coup. On n’a pas marqué les esprits et ça nous a fatigués nerveusement. »

 

Composition de l’équipage à Roscoff :

- Damien Seguin

- Loïs Berrehar

- Rodrigue Cabaz

- Mathieu Bourdais

 

Plus d’infos :
www.tourvoile.com

Les étapes du Tour de France à la Voile :
1. Dunkerque – 3, 4, 5 juillet
2. Fécamp – 6, 7 juillet
3. Pornichet – 9, 10 juillet
4. Roscoff – 11, 12 juillet
5. Les Sables d’Olonne – 14, 15 juillet
6. Roses (Espagne) – 17, 18 juillet
7. Gruissan – 19, 20 juillet
8. Marseille – 22, 23 juillet
9. Nice – 24, 25, 26 juillet

En marche pour le Tour de France A La Voile

04.06.2015

En juillet prochain sur le Tour de France à la Voile, Damien skippera un trimaran Diam 24 portant le message Changer de Regard.

L’association Des Pieds et Des Mains sera présente sur ce grand événement de deux manières :

-       D’abord sur un stand consacré à cette thématique Changer de Regard, sur l’ensemble des étapes. Nous proposerons différentes animations : dont « le masque 360° », qui vous mettra au cœur d’une régate en Diam 24.

 -       Et en parallèle, sur les 4 étapes Dunkerque, Pornichet, Les Sables d’Olonne et Nice, nous organiserons des navigations depuis les plages, sur un trimaran de 3m65 accessible aux personnes handicapées. Ces navigations sont ouvertes aux établissements spécialisés, mais également au grand public.

Voici le calendrier complet :

Dunkerque : 3 au 5 juillet

Fécamp : 6 et 7 juillet

Pornichet : 9 et 10 juillet

Roscoff : 11 et 12 juillet

Les Sables d’Olonne : 14 et 15 juillet

Roses (Espagne) : 17 et 18 juillet

Gruissan : 19 et 20 juillet

Marseille : 22 et 23 juillet

Nice : 24 au 26 juillet

 

Nous vous invitons bien entendu à nous rendre visite et vous attendons nombreux !

Pour nous faire part de votre présence sur une des dates, ou tout simplement pour avoir des compléments d’information, n’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact du site.

Damien et Yoann arrivés au bout d'eux même

02.12.2013



Sous une moustache savamment travaillée, bourrée d’autodérision, Damien Seguin et Yoann Richomme ont le sourire. Après 24 jours passés en mer, ils sont arrivés aujourd’hui à Itajai, au Brésil, moins de deux heures après SNCF – Géodis. Grâce à une bataille de tous les instants, ils parviennent à prendre la septième place du classement général au détriment de Vaquita qui s’est fait dépasser dans la nuit. « On a attaqué comme des sourds » résume un Damien fier de lui, aussi heureux qu’exténué. Ce dernier duel remporté face aux Autrichiens permet aux hommes d’ERDF Des pieds Des mains de terminer sur une note très positive. L’un comme l’autre visaient le podium mais ils gardent le sentiment du travail bien fait et ont su s’adapter aux pépins techniques rencontrés entre Le Havre et Itajaí. Le plus pénalisant a sans doute été le petit spi, déchiré au large du Cap Finisterre, et dont l’absence s’est révélée criante dans les conditions instables de la deuxième semaine de course. Le système électrique, essentiel à la bonne marche du bateau, a lui aussi souffert avec une double panne de l’hydro-générateur. Après une fuite d’huile, vite résolue, c’est la carte électronique qui a grillée. « Ces deux problèmes n’ont rien à voir l’un avec l’autre, c’est vraiment un manque de chance » explique Damien devenu par la force des choses un spécialiste de l’électronique. Cette panne sur la principale source d’énergie les a contraints à réaliser un véritable exploit : terminer la course sans avoir recours au pilote automatique. Nous seulement les deux hommes y sont parvenus – après avoir un temps songé à faire escale dans le Nord du Brésil – mais ils ont réussi à rester compétitifs comme ils l’ont démontré la nuit dernière. Ce soir, ils sont les premiers hommes à avoir traversé l’Atlantique, en course, sans la moindre goutte d’énergie fossile.

Interview de Damien Seguin :

Comment te sens-tu ?
On est contents de terminer et d’avoir passé Vaquita. Ils nous avaient passé il y a plusieurs jours et hier on a vu leurs feux et nous avons passé toute la journée à vue. On a attaqué comme des sourds hier. On a envoyé le grand spi dans des conditions très limites. C’était fort et avec de la mer, ça pouvait passer ou casser et c’est passé. Il y avait une part de risque car le spi avait déjà bien souffert le reste de la Transat mais on est contents de l’avoir prise.

Il y a de la fatigue après une semaine sans pilote automatique ?
On a poussé loin dans la fatigue. Depuis le Pot au Noir, nous nous sommes peu économisés. On s’est relayé à la barre jour et nuit. Heureusement, les panneaux ont bien fonctionnés. Ils nous ont permis de faire tourner l’électronique ainsi que le désalinisateur car nous avons craint un moment de ne pas avoir assez d’eau. On arrive à plat, qu’il s’agisse des batteries ou des bonhommes. On savait que ce serait dur et je ne regrette pas cette décision. C’est dans notre mentalité de toujours attaquer et de ne rien lâcher.

Comment s’est comporté le bateau ?
Cette septième place, elle est décevante mais on est satisfaits de la façon dont on est venu la chercher. Le bateau a été mis à l’eau il y a peu et nous n’avons pas eu de gros problèmes. Maintenant, on sait l’utiliser à 100 % de ses capacités. Cette transat devait justement servir à valider le bateau et j’en suis très content. Sur 5 000 milles, nous avons perdu un spi et nous savons qu’il y a du travail sur le système de safran qui n’est pas au point.

Et au sujet de ton système électrique ?
On a quand même réussi à traverser l’Atlantique sans une goutte de gazole, c’est très positif. Tout aurait pu être parfait si on n’avait pas eu ces problèmes d’hydro-générateur. Aujourd’hui, on ne sait pas les expliquer et le fabricant n’a pas non plus de réponses. Nous avons d’abord eu un problème hydraulique que l’on a réussi à solutionner et ensuite, ça a été la carte électronique qui est à l’intérieur du bateau. Ces deux problèmes n’ont rien à voir l’un avec l’autre, c’est vraiment un manque de chance. Je pense que maintenant, j’ai mon BEP électronique, mais sans la mention !

Comment s’est passée la cohabitation avec Yoann ?
Avec Yoann, tout s’est très bien passé. On a tous les deux été à fond en permanence, sans la moindre rupture dans l’engagement et la communication est toujours bien passée. On s’est soutenus dans les moments difficiles car il y en a sur une transat. J’ai été content de partir une nouvelle fois avec lui, c’est un mec super.

Le niveau a monté chez les class 40 ?
Le niveau est monté d’un cran par rapport à la dernière édition. C’est une nouvelle génération de bateaux, plus rapides et plus exigeants. On est contents du bateau qu’on a et la classe 40 est la seule où il y a toujours du jeu, que l’on soit devant ou pas. La bataille avec Vaquita l’a bien montré, aucun de nous deux n’a rien lâché. On s’est arrachés jusqu’à la dernière seconde. Toutes les places coûtent cher.

Et maintenant ?
Maintenant, on va profiter un peu. Ça a été une transat super humide. Pendant toute la course, l’intérieur du bateau a été une penderie et rien n’a séché. Nous avons vécu dans une humidité et une insalubrité à peine acceptable. L’hygiène devenait limite. D’habitude, dans une transat, tu as des moments de calme où tu peux te reposer, faire des choses. J’avais emmené des magazines et des mots fléchés et je n’en ai fait qu’une seule page !

Interview de Yoann Richomme :
« On a eu l’Autrichien, c’est cool ! Cette dernière nuit a été intense mais c’était bien ! Toute la dernière semaine a été intense et on est contents de terminer sur une note positive. On fait une transat pas trop moche mais le résultat ne nous plait pas beaucoup. Il s’en est fallu de peu et on a pas eu beaucoup de réussite. Ça a été éprouvant car le bateau était tout le temps mouillé. C’est un défaut de jeunesse qui sera réglé mais ça rend la vie difficile. Tout était trempé et il fallait écoper toutes les deux à trois heures. Ça rend les choses compliquées. »

 

A la lutte pour la septième place

02.12.2013


Après 10 000 kilomètres parcourus et 22 jours de mer, les écarts n’ont jamais été aussi faibles dans la lutte avec Vaquita pour la septième place. Au dernier classement, c’est le bateau autrichien qui avait repris l’avantage, avec une avance de deux petits milles seulement. Même si 28 milles (60 km env.) séparent les deux class 40 en latéral, c’est une véritable course au contact qu’ils se livrent et le front froid qui se trouve dans le sud de Rio est un dernier obstacle qui fera office de juge de paix. « Même ceux qui sont devant ne sont pas si loin » estime Damien qui lorgne sur les places de SNCF – Géodis et de Groupe Picoty, respectivement 6ème et 5ème à une quarantaine de milles. Cette compétition à couteaux tirés permet aux deux hommes de presque oublier leurs soucis d’énergie. Grâce aux panneaux électriques, ils parviennent à faire fonctionner l’électronique de bord sans pour autant lâcher la barre une seule seconde. « Quand on lâche le stick, à la fin du quart, on a du mal à desserrer les doigts » explique Damien qui ne cache pas son impatience d’arriver à Itajaí, notamment pour boire une boisson fraîche et faire passer le goût exécrable de l’eau issue du déssalinisateur. Si elle est épuisante pour les hommes, cette transat Jacques Vabre l’est aussi pour les bateaux. Ces derniers jours, plusieurs des concurrents d’ERDF – Des pieds Des mains ont admis avoir déchiré des spis. Près de 500 milles restent à parcourir avant de franchir la ligne d’arrivée, probablement dimanche. « Nous faisons tout pour arriver avant la tombée de la nuit » promet Damien.



Mail envoyé ce matin du bord :

« Et voilà, c'est le dernier vendredi de cette TJV. Nous devrions arriver à Itajai dimanche soir vers 19h TU (20h00 HF). Avec Yo on a hâte d'en finir, même si naviguer à plat sous spi est quand même plus sympa depuis 2 jours.

On retrouve un bateau un peu plus sec à l’intérieur et c'est plus agréable. Par contre il n'y a pas de pluie pour rincer les affaires mouillées à l'eau de mer. Si on compte qu'on n'a pas non plus de fringues propres.... je vous laisse imaginer les odeurs en rentrant dans le bateau où il fait 40° sans aération... On va vous faire aimer la voile je vous dis !!!!

On a aussi hâte d'arriver car le matériel a souffert durant cette transat et les pépins s'accumulent à bord. Dernièrement ce sont les systèmes de safran qui montrent de grosses faiblesses et des craquements anormaux. On a aussi cassé net un axe en inox de 12mm, c'est vous dire si ça force sur la barre !!

Depuis hier soir on a commencé à croiser des plates-formes pétrolières, on est même passés tout proche ce matin. Sacrés engins ! »

Pénurie de crêpes

02.12.2013


A moins d’une semaine de l’arrivée, le moral est toujours bon à bord d’ERDF – Des pieds Des mains. Au classement général, le bateau a perdu une place au profit de Vaquita, très rapide dans ces conditions de vent.

Interview de Damien Seguin :

« Vaquita nous a doublé ce matin. Ils sont supers rapides à cette allure là donc ça ne nous a pas trop surpris. Ils sont passés à vingt mètres à peine et maintenant, ils sont juste devant, à 1 ou 2 milles. C’est sympa, au bout de 20 jours de mer d’avoir un lièvre. La nuit n’a pas été facile avec pas mal de manœuvres et beaucoup de changement de voiles. On avance vite et on est sur la route, c’est ce qui est bien. La mauvaise nouvelle est qu’on a crevé notre matelas, il va donc falloir dormir sur la varangue à partir de maintenant et ce n’est pas très confortable. L’autre mauvaise nouvelle est qu’on a attaqué le dernier paquet de crêpes. C’est dommage parce qu’il nous reste du Nutella ! Hier, nous avons eu pas mal de soleil ce qui nous a permis de charger les batteries et de faire tourner le déssalinisateur pour produire de l’eau douce. On ne s’en sort pas trop mal au niveau des batteries et ça devrait nous permettre d’aller jusqu’au bout dans de bonnes conditions. »

 

A la découverte du Pot au Noir

22.11.2013

C’est une première pour Damien et Yoann. Au 15ème jour de course, les deux marins s’approchent de l’équateur et découvrent en ce moment même cette fameuse zone de Convergence Intertropicale, qu’on appelle aussi le Pot au Noir. « C’est une expérience » résume un Damien qui mesure toute la différence entre la théorie et la pratique.

 « Il n’y a aucun moyen d’anticiper, c’est au petit bonheur la chance » explique le skipper d’ERDF Des pieds et Des mains qui voit parfois le vent tourner à 360°. Son co-skipper, Yoann Richomme est lui aussi ébahi par cette bizarrerie météorologique : « A droite, il pleut des cordes. Derrière nous, c’est bouché et devant, on espère une petite éclaircie » observe ce passionné de météo. Car c’est bien la particularité du Pot au Noir que de réserver des surprises pour chaque mille parcouru. Un grain par ici, un orage par là et des variations de vent indescriptibles forment le quotidien de l’équipage depuis hier. Ils espèrent bien retrouver des conditions plus stables pour les prochaines heures mais ne veulent pas se risquer à des pronostics hasardeux. Damien a ainsi appris à se méfier des chiffres. Il y a à peine 24 heures, les écarts au sein de la flotte étaient réduits au minimum – moins de 100 milles séparaient ERDF du leader - mais ils ne font que s’étirer depuis que la tête de la flotte est sortie du Pot au Noir. 

Selon leurs observations, Damien et Yoann pourraient sortir du Pot avant la fin de la journée. Ils feront ensuite route vers l’Equateur où ils pourront ouvrir les bouteilles de champagne gardées précieusement au frais.


Transat2013-1.jpg


Interview de Damien Seguin :
« On est en plein dedans. On vient de se faire rincer par grain et on vient de retoucher du vent. Parfois, ça tourne à 360 °, on passe du près au portant…  Il faut toujours une personne dehors pour surveiller les phénomènes mais ce n’est pas comme dans les livres. Il n’y a aucun moyen d’anticiper, c’est au petit bonheur la chance. En fait, tu choisis la porte d’entrée et après, tu te débrouilles. Quand tu as la chance de progresser vers la sortie, tu y vas mais ce n’est pas toujours le cas. On ne sait pas quelles valeurs donner aux chiffres. Hier, nous étions à moins de 100 milles du premier et aujourd’hui, c’est presque le double. C’est une sacrée expérience, c’est un peu la fête foraine. Tu mets des sous dans la machine et après, tu croises les doigts. Hier, on a réussi à changer les safrans. On espère avoir plus de sensations sur le grand bord de bâbord qui nous attend jusqu’à Itajaí. » 

Interview de Yoann Richomme :
« D’ici 15 heures, nous devrions être sortis du Pot au Noir. Il y a pas mal d’éclaircies devant. C’est très étonnant ici. Tu prends tous les types de nuages que tu peux trouver dans un livre et tu les mets ensemble dans le ciel. A notre droite, il y a une pluie torrentielle alors que derrière, c’est complètement bouché et que devant, on commence à apercevoir du ciel bleu. En plus, il fait très chaud et très humide. On a l’impression de dormir dans une baignoire, c’est très sympa ! »

Classement provisoire le 18 novembre à 9h38 UTC

1. GDF Suez – Sébastien Rogue – Fabien Delahaye à 2018 milles de l’arrivée
2. Mare / Jörg Riechers – Pierre Brasseur à 77 milles du leader
3. Campagne de France / Halvard Mabire - Miranda Merron à 98 milles
...
9. ERDF - Des pieds et Des mains - Damien Seguin - Yoann Richomme à 198 milles

Carnet de bord, 10ème jour de course

20.11.2013

Les deux MOD-70 ont franchit la ligne d’arrivée à Itajai la nuit dernière. Pour la flotte des Class40, qui vise enfin le pot au noir, il n'y a pas de changement au classement. Le Class40 ERDF - Des pieds et Des mains est un peu moins à la peine depuis quelques heures. Ce tout récent Akilaria Rc3, que l'équipage découvre peu à peu sur cette transat, n'est pas encore au top de ses capacités. Ils sont ce soir à mi-parcours, autant dire que la route est encore longue vers Itajia et qu'elle nous réserve, nous l'espérons, de bonnes surprises !

Bonjour à tous,

Un petit coucou au large du cap vert, je pense que je ne me suis jamais aventuré dans des latitudes aussi sud en bateau. Dans quelques milles nous seront à la mi-course, ce qui nous laisse beaucoup d’espoir pour la suite!

Je termine mon quart de nuit  éclairé par une belle lune qui rend les vagues argentées. Le soleil ne va pas tarder à pointer le bout de son nez. La mer est toujours aussi formée et il y a entrez 18 et 25kts de vent. On est encore avec le Genaker mais on devrait pouvoir établir le grand spi si le vent adonne encore un peu dans notre secteur. J’ai ramassé plein de petits poissons volants dans le cockpit, emmêlés dans les bouts. De ce point de vue la pêche a été bonne !

Coté course, c’est moins bon. Et j’imagine cela ne doit pas être agréable pour vous de nous voir rétrograder comme cela…

Il nous manque clairement 25 m2 de spi pour pouvoir être polyvalents. Ce petit spi on l’a perdu, rien à faire… Sur le moment on n’a pas pensé qu’il puisse nous manquer autant, mais depuis 5 jours c’est bien lui qui nous fait défaut ! La route, pour le moment, c’est du tout droit, sans option, donc on prend notre mal en patience et on fait de notre mieux pour ne pas prendre trop de miles. On a aussi des doutes sur le safran tribord. Dans la prochaine molle, on va faire une vérification.

Le soleil se lève enfin, belle journée à tous !

Damien et Yoann sur ERDF – Des pieds et Des mains

Vidéo de l'article

Réparation express.. à l'huile d'Olive !

18.11.2013

Relayé a la 7ème place, ERDF - Des pieds et Des mains joue de malchance entre les grains et les bulles sans vent. L'équipage espérait un retour du vent dans leur secteur mais c'est les autres bateaux autour d'eux qui ont touché la pression. A cela s'ajoute quelques problèmes de matériel dont la casse d'une durite du système de l'hydro générateur, seul source, avec les panneaux solaires, d'énergie à bord. Réparation avec les moyens du bord... et de l'huile d'olive !

Les deux compères vont tenter de retrouver du vent d'ici quelques heures afin de ne pas laisser les autres s'envoler sans eux. Pas le temps de se reposer dans ces conditions, Damien et Yoann le savent, ils font être sur le pont !

"Hé ben ce n’est pas violent depuis ce matin ! Avec Campagne de France, juste à coté de nous, on butte dans la molle depuis que le soleil s'est levé !

Damien.jpg


La nuit a été bonne, peu de vent mais régulier, ça nous a permis de bien nous reposer.
Il y a quand même quelques avantages si on oublie un peu le classement: Il a plu et il y a du soleil, donc nous avons pu rincer et faire sécher les affaires. Rien que ça c'est un bonheur!
Hier soir on s'est quand même fait une belle frayeur. Alors que je vidais l’eau à l'arrière du bateau, je me suis aperçu qu'il y avait de l’huile partout. Pas 36 possibilités, c’était le réservoir d'huile de l’hydro générateur !  Une analyse approfondie nous a confirmé qu'une durite avait explosé. Impossible de réparer car les pièces sont trop petites. La question était donc de savoir si l’hydro générateur pouvait continuer de fonctionner car, avec les panneaux solaires, c'est la seule source d'énergie à bord... et sans lui notre avenir était compromis.
Alors vite j’ai pris contact avec Laurent à terre (le préparateur du bateau, ndlr) et avec Yannick sur le bateau Watt and Sea (le concepteur du système). A priori ça doit pouvoir fonctionner sans la pompe à huile qui sert à la régulation de l'ange de l’hélice mais à condition de remettre de l’huile dans le système et de refermer la vanne pour ne pas la perdre de nouveau.
Me voilà donc à la recherche d'huile dans le bateau, difficile quand on a un moteur électrique... Je n’avais que de l'huile d’olive pour notes pâtes et du WD40. Me voilà donc parti dans un savant mélange des 2 pour trouver la bonne fluidité. Puis remettre tout cela dans le système. Sans oublier qu’il faut être allongé tapis dans le fond arrière du bateau.
Mais le résultat est satisfaisant et les essais nous ont montré que ça marche !! L'hydro produit de l’électricité mais il fait du bruit et sans la régulation des pales il est un petit frein à notre avancée...
Voilà, j'ai quand même eu le temps d'écrire ce long mail sans qu'on avance beaucoup... vite du vent !!!

 Damien

"Il faut remettre des électrons !"

14.11.2013

Merci à tous pour vos messages, on en a bien besoin. Ici, on a décidément pas le temps de souffler. On en a fini avec cette nuit délicate et il faut tout de suite remettre du charbon (ou des électrons) dans le moteur…

Le rythme est soutenu, le vent encore assez fort et la mer démontée. Le soleil fait enfin son apparition, c’est agréable ! A bord, tout est mouillé avec les tonnes d’eau qui passent sur le pont. Ce n’est pas encore aujourd’hui que ça va sécher. On a quand même hâte que le vent molisse pour retrouver des conditions plus vivables.

Vidéo de l'article

Sale temps pour les textos

13.11.2013

A retenir dans ce communiqué :
- Damien Seguin et Yoann Richomme sont troisièmes
- Ils emmènent la meute des poursuivants
- ERDF – Des pieds et Des mains a été le plus rapide de la flotte cette nuit
- La question du jour : quand empanner ?

Les premiers jours de cette transat Jacques Vabre sont mouvementés pour les 40 pieds. Yoann Richomme, joint par téléphone en fin de matinée, explique que les conditions actuelles au large du Portugal sont éprouvantes. « Même écrire un SMS est compliqué » annonce t’il, dépité, alors que Damien est à la barre pour négocier des surfs qui flirtent avec les 25 nœuds (50 km/h). Depuis qu’ils ont quitté Roscoff dimanche matin, les deux hommes ont « mis du charbon » mais ils ont payé un prix exorbitant le Cap Finisterre et son « passage à niveau » format XXL. Alors que les deux premiers (GDF Suez et Mare) s’échappaient dans un vent soutenu, Damien et Yoann s’engluaient pour de longues heures dans un Atlantique pétoleux. « Ça s’est joué à une ou deux heures » enrage le co-skipper qui n’a pu que constater l’envolée des deux leaders. Cette nuit le vent est enfin rentré. ERDF – Des pieds et Des mains a été le plus rapide de toute la flotte et est parvenu à distancer un peu ses plus proches concurrents, SNCF - Géodis et Watt and Sea. Les prochaines heures pourraient permettre de creuser – ou non – cet écart avec un choix stratégique décisif à long terme. Damien et Yoann devront décider du meilleur moment pour empanner et pointer leur étrave vers le sud, en route directe vers le pot au noir qu’ils atteindront dans une petite semaine. Ils ont pour l’instant une certitude, c’est que les conditions musclées vont durer encore deux jours. Après, ça, ils pourront se réconcilier avec les SMS.

Interview de Yoann Richomme, co-skipper : 
« On a 25 à 30 nœuds de vent en permanence. Hier, on est monté à 25 nœuds (50 km/h) en surf, je ne pensais pas que c’était possible ! On a été les plus rapides de la nuit. Nous avons eu un énorme passage à niveau au large du Cap Finisterre. Ça s’est joué à une ou deux heures. Je savais qu’il y avait ça devant nous et nous avons mis du charbon pendant tout le golfe de Gascogne mais ça n’a pas été suffisant. Mare n’avait que deux heures d’avance sur nous et ils sont partis comme des voleurs. Sébastien et Fabien (GDF Suez) ont réussi à garder la tête avec un arrêt au stand ! Ils ont aussi eu un peu de réussite. Cela dit, on est troisième et ça c’est super. Il nous reste deux jours stressants dans le vent fort. On sait qu’on a la bonne configuration de voile car nous allons vite par rapport à nos poursuivants. Après, ça va se calmer et on va pouvoir recommencer à vivre normalement. En ce moment, ça bouge beaucoup. Même écrire un SMS est compliqué ! 
Je regarde ce qu’ils font derrière. Nous cherchons tous à gagner dans l’ouest pour empanner et descendre en route directe vers le Pot au Noir. Nous devrions y être dans huit jours environ. »  

Classement provisoire le 13 novembre à 9h38 UTC
1. GDF Suez – Sébastien Rogue – Fabien Delahaye à 4469 milles de l’arrivée
2. Mare / Jörg Riechers – Pierre Brasseur à 16,42
3. ERDF – Des pieds et Des mains / Damien Seguin – Yoann Richomme à 114,17

Meilleure progression pour ERDF Des pieds Des mains

13.11.2013

Partis à l’aube de Roscoff ce matin, Damien Seguin et Yoann Richomme ont réalisé la meilleure progression de la journée. En un peu plus de 12 heures, ils ont réussi à gagner trois places et sont, ce soir, quatrièmes du classement général. Joint par téléphone, Damien expliquait cette progression fulgurante par un choix de voile judicieux le long des côtes bretonnes. « On est contents d’avoir repris des places, maintenant, on va essayer de passer Mare.de avant l’Espagne » promet Yoann, le co-skipper. Pour l’heure, les deux hommes sont confinés à l’intérieur d’ERDF – Des pieds et Des mains tant les conditions sont difficiles. « Ce sont des conditions très exigeantes pour le matériel » explique Damien qui avoue avoir bien du mal à se nourrir. Le vent n’est pas très fort mais la mer, secouée par la tempête de la nuit dernière, ressemble à un champ de bataille. Ces conditions difficiles risquent de durer au moins jusqu’à demain soir. Après, ils longeront les côtes portugaises et pourront sortir leur spi.

Interview de Damien Seguin :
« Nous sommes partis de Roscoff dans un vent de 20 – 25 nœuds. Nous avons passé l’île de Batz et avons gagné la Pointe de la Bretagne en un seul bord. Nous avions choisi de mettre notre petit spi et c’est ce qui a payé. Nous sommes revenus sur ceux de devant. Maintenant, c’est quasiment du près, la mer est très désordonnée, ça tape beaucoup. Nous avons fait une bonne opération ce matin. Ce sont des conditions très exigeantes pour le matériel. Ce n’est pas évident de se nourrir. La nuit prochaine promet d’être agitée et fraiche. Nous arriverons au Cap Finistère dans la nuit de lundi à mardi. C’est parti pour 24 heures de près. »

Classement provisoire le 10 novembre à 15h38 UTC
1. GDF Suez – Sébastien Rogue – Fabien Delahaye à 5086 milles de l’arrivée
2. Tales Santander 2014 – Alex Pella – Pablo Santurde à 9,16 milles du premier
3. Mare / Jörg Riechers – Pierre Brasseur à 17,25
4. ERDF – Des pieds et Des mains / Damien Seguin – Yoann Richomme à 20,95

 

 

 

 

ERDF Des Pieds et Des mains 7ème à Roscoff

13.11.2013

Damien Seguin et Yoann Richomme sont arrivés vers 16h00 à Roscoff où toute la flotte des Class 40 est contrainte à un arrêt pour « mise à l’abri météorologique ». Ils franchissent la ligne en 7ème position, 43 minutes derrière GDF Suez de Sébastien Rogues et Fabien Delahaye, très véloces sur cette première partie de course. « A l’échelle d’une transatlantique, ce n’est pas bien grave » relativise Yoann. Ce matin, c’est même ERDF – Des pieds des Mains qui menait la danse entre Cherbourg et Guernesey et c’est une petite erreur tactique dans les îles anglo-normandes qui leur a coûté la tête. « C’est rassurant car on sait que le bateau va bien » explique le co-skipper qui observe cependant que le niveau chez les class 40 est beaucoup plus élevé qu’il y a deux ans. Selon les premières informations, la flotte devrait rester à l’abri deux nuits pour un départ vers Itajaí aux premières lueurs du jour dimanche matin.

Interview de Yoann Richomme :
« On était dans le coup ce matin. Nous étions en tête et il y a eu un coup que je n’ai pas vu. Je n’avais pas compris le scénario dans ce sens là. On a été en retard sur un phénomène et les autres sont passés. Nous avions pris une belle option à Cherbourg qui nous avait permis de passer devant avec un mille d’avance. C’est rassurant car on sait que le bateau va bien. Il y a un très bon niveau au sein de la flotte, c’est sympa. C’est incomparable avec ce qu’on a pu voir il y a deux ans. »

Ordres d’arrivée à Roscoff
1- GDF SUEZ (Sébastien Rogues/Fabien Delahaye)
2- TALES Santander 2014 (Alex Pella/Pablo Santurde)
3- Mare (Jorg Riechers/Pierre Brasseur)
4- Watt & Sea, région Poitou Charentes (Yannick Bestaven/Aurélien Ducroz)
5- SNCF – Géodis (Fabrice Amédéo/Armel Tripon)
6- Dunkerque – Planète Enfants (Thomas Ruyant/Bruno Jourdren)
7- ERDF – Des pieds et Des mains (Damine Seguin/Yoann Richomme)

Un départ pour jeudi ?

06.11.2013


Pour un départ jeudi ?
Tous les équipages sont convoqués demain au Havre à 15h pour entendre la décision du comité de course concernant la date du départ de la course. Les pronostics annoncent un départ du Havre, jeudi matin.

Malgré la météo très incertaine de ces prochains jours, il faut "lever les camp" et "faire ce pour quoi nous sommes venus" annonce Damien qui patiente sereinement. "L'organisateur est confronté à un choix compliqué face à ces dépressions qui s'annoncent au large. Il a la responsabilité de la sécurité de tous concurrents en mer et notamment des Class40, moins rapides pour franchir les gros coups durs. Une classe qui représente les deux tiers de la flotte et qui veut sa part du gâteau (médiatique)".

"Mon propre sentiment est moins partager car des conditions difficiles, nous allons en rencontrer tout au long du parcours. Nous sommes tous des marins responsables et dans la mesure où le terrain de jeu n'est plus praticable, nous saurons nous mettre à l'abri pour préserver le bateau. Peut-être que certains d’entre nous subiront de la casse, à force d'obstination, mais c'est la vie de la course au large. C'est ce qui fait de notre sport un vraie aventure humaine que nous aimons tant partager". Damien

 

Le Havre en ligne de mire pour ERDF

18.10.2013

Le Havre en ligne de mire pour ERDF - Des Pieds et des Mains

Après un baptême riche en émotion à Nantes, la semaine dernière, l’heure est aux derniers réglages pour Damien Seguin. Le skipper remet son 40 pieds à l’eau demain et les deux prochaines semaines s’annoncent denses et studieuses. Avant le départ vers Le Havre programmé le 21 octobre, Damien a en effet prévu de passer le maximum de temps à bord d’ERDF – Des Pieds et des Mains pour « valider les derniers petits changements ». Il va aussi commencer ses analyses météo dès la semaine prochaine afin de se « mettre dans le rythme de la course ».

Le moteur électrique - principale innovation du projet - a maintenant fait ses preuves lors des longs convoyages réussis haut la main. « Je ne suis pas prêt à revenir à un moteur thermique » prévient le skipper qui savoure le silence de son bateau. La semaine prochaine, il retrouvera son co-skipper, Yoann Richomme, actuellement engagé sur la Generali Solo en Figaro Bénéteau. Yoann est en 3ème position de la dernière étape et peut toujours devenir le nouveau champion de France de course au large en solitaire.

Interview de Damien Seguin :
« Nous remettons le bateau à l’eau demain et dans les prochains jours, je vais naviguer pour valider les petits changements. Il n’y a rien de fondamental, juste de petites choses qui doivent faciliter la vie. Je vais commencer à regarder la météo la semaine prochaine. C’est tôt mais ça va permettre de se mettre dans le rythme avant la Transat. Cette semaine, nous faisons tous les inventaires et embarquons la nourriture, comme ça nous n’aurons qu’à nous occuper du frais avant le départ. On a pu bien tester le moteur électrique ces derniers temps et il fait toujours aussi peu de bruit. On sait déjà les améliorations à apporter l’hiver prochain mais une chose est sûre, je ne suis pas prêt de revenir au moteur thermique ! »

80 shippers sur la Transat Jacques Vabre

11.09.2013


44 duos, quatre classes pour 4 vainqueurs

Actualité : http://www.transat-jacques-vabre.com/fr

Dès le 25 octobre, dans le bassin Paul Vatine au Havre, l’une des plus belles flottes depuis 1993 sera amarrée avec ses 44 bateaux, répartis en quatre classes.
Le dimanche 3 novembre à 13h02, les 88 skippers seront sur la ligne de départ : les monocoques Imoca et Class40’ partiront pour un parcours direct vers Itajaí (Brésil), les multicoques MOD70 et Multi50 feront quant à eux un Prologue qui comptera dans le classement et patienteront ensuite quelques jours avant de s’élancer sur ce parcours de 5 400 milles. Tous sont attendus à partir du 19 novembre à Itajaí pour trois semaines de fête brésilienne et célébrer les 4 vainqueurs...

carte

 

La Class40 a répondu présente

La Class40 fera effet dans le bassin Paul Vatine au Havre avec ses 25 bateaux côte-côte, dont l’objectif principal sera de rejoindre Itajaí le plus vite possible. Et c’est aussi la classe la plus complète : hommes et femmes, Français et étrangers, jeunes et moins jeunes, professionnels et amateurs, connus et peu connus, etc. Halvard Mabire (Campagne de France), dont ce sera la première participation : « Une transat mythique, que Miranda (Merron NDLR) a déjà courue, et gagnée. Cette nouvelle édition de la Transat Jacques Vabre est particulièrement attrayante, avec un parcours très long. Avec Campagne de France, nous avons eu la chance d'effectuer une reconnaissance de la côte brésilienne lors de la première étape de la Global Ocean race en 2012. Nous mesurons parfaitement toutes les difficultés qui nous attendent sur ce parcours, avec en prime, un finish qui nous réserve sans doute bien des surprises dans l'Atlantique sud... des eaux où nous ne nous aventurons pas si souvent... une belle course, pour une destination lointaine et exotique, bref, un vrai voyage... »
La voile c’est aussi la mise en commun d’expériences différentes, comme celles du duo composé du médaillé para-olympiques Damien Seguin et du Figariste Yoann Richomme (ERDF-Des pieds et des mains).
Et la Transat Jacques Vabre accueillera cette année 8 nationalités parmi lesquelles des Australiens, un Américain, des Belges, Italiens, Espagnols ou Autrichiens.
En résumé, la Class40 va nous offrir une magnifique bagarre sur l’eau. A surveiller !

IMOCA, une bataille serrée

Les 10 IMOCA inscrits ont tous pris le départ du dernier Vendée Globe, et les deux derniers vainqueurs, François Gabart et Michel Desjoyeaux s’associent sur Macif pour tenter de remporter la 11e édition de la Transat Jacques Vabre. « La Transat Jacques Vabre représente la première course que j'ai courue en Imoca aux côtés de Kito (ndrl de Pavant). En m'embarquant, il m'a fait confiance et nous avions terminé sur la 2ème marche du podium. C'est vraiment après cette transat que j'ai eu la certitude que ce métier était fait pour moi et que je voulais avoir mon propre projet 60 pieds. Mon objectif pour 2013 : Naviguer proprement et essayer de gagner ! » raconte François Gabart
Ils seront confrontés à des duos tout aussi compétiteurs qui ne manqueront pas de jouer les troubles fêtes dans la course poursuite vers Itajaí, digne d’un film à suspense… Du cinéma à la voile, il n’y a qu’un pas, comme le montre la participation de l’acteur belge François Damiens aux côtés de Tanguy de Lamotte sur Initiatives Cœur.

Multi 50, course poursuite en vue

En juin, les Multi50 ont offert aux spectateurs une belle bagarre lors de la Route des Princes et il est certain qu’ils feront de même sur la Transat Jacques Vabre.
Du bateau mis à l’eau cette année (Arkema) au plus ancien (Vers un Monde sans SIDA), tous n’ont qu’un seul objectif : rejoindre Itajaí au plus vite. Et c’est sans compter sur l’envie d’Yves Le Blevec (Actual) de conserver son titre de 2011, qui embarque à ses côtés Kito de Pavant. : « Notre objectif sera de performer au mieux et du côté du classement, de faire aussi bien que lors de la dernière édition ! Côté plateau, il y a quatre bateaux qui sont très compétitifs, ça promet une belle bataille pour rejoindre Itajaí. », exprime Yves Le Blévec.
Les multicoques participeront à la grande fête nautique du 3 novembre, puis après un parcours côtier vers Étretat, reviendront au bassin Paul Vatine pour quelques jours afin de décaler les départs : le gros de la flotte de cette onzième Transat Jacques Vabre arrivera ainsi groupé à Itajaí dès la troisième semaine de novembre.

MOD70, une première participation

Pour la première fois de l’histoire de la Transat Jacques Vabre, des multicoques de 70 pieds, les MOD70, prendront le départ de la course. Tous les skippers de cette classe ont déjà participé à cet événement, mais cette année ils se retrouvent sur un monotype. Ce sera la deuxième transat en course pour ces multicoques, et une première dans cette série pour Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 70) - trois fois vainqueur de la Transat Jacques Vabre (2003-2005-2011) : « C’est une course qui me tient très à cœur, à cause de ces succès et surtout des souvenirs qu’elle porte : trois victoires sur trois participations ! Évidemment avec des arrivées magiques que ce soit au Brésil ou au Costa Rica. Mais aussi à cause des relations humaines que j’ai pu entretenir avec Nicolas (Abiven), Loïck (Peyron) et Jérémie (Beyou). Et il y a toujours un fort trait d’union pour moi avec Le Havre parce que j’y ai beaucoup d’amis vétérinaires et que les départs sont très émouvants : j’aime beaucoup cette ville !
Cette fois, c’est un nouveau défi en MOD70 avec Roland Jourdain. Nous serons outsiders mais avec des atouts aussi… Et puis aller à Itajaí, c’est sympa : le Brésil est toujours festif et le parcours est très ouvert : il y a tout ce qu’il faut pour réaliser une belle course ! »

Une grande fête pour la Transat Jacques Vabre

« Le Havre est fier d’être partenaire et ville départ de la Transat Jacques Vabre depuis 20 ans. En même temps qu’une magnifique course, c’est un grand événement populaire. En 2011, nous avons accueilli 300 000 visiteurs sur le village et nous espérons faire encore mieux cette année » précise Edouard Philippe, Député Maire du Havre.

Clotilde Bednarek, Directrice Marketing Café Mondel?z International, « La Transat Jacques Vabre est une aventure sportive mais également humaine. Pour la 20ème édition, nous serons une nouvelle fois avec la marque Jacques Vabre aux côtés des skippers avec qui nous partageons les mêmes valeurs : passion, engagement, respect… »

« Le nombre de bateaux qui vient à Itajaí dans le cadre de la Transat Jacques Vabre est surprenant et nous montre combien l'engagement des organisateurs est total. Nous sommes très fiers d'accueillir les participants de cet important événement nautique et nous ferons tout ce qui est à notre portée pour leur offrir le meilleur d'Itajaí. », Jandir Bellini - Maire d'Itajaí.

L’esprit : « Prendre la mer, agir pour la terre »

Au-delà du défi sportif et humain, la Transat Jacques Vabre est un événement éco-responsable : depuis 2007 des mesures efficaces ont été mises en place pour limiter et compenser son empreinte écologique en suscitant l’adhésion des partenaires et acteurs de l’événement. La réduction des émissions de CO2 a été l’un des objectifs majeurs pour tous les acteurs de la course et un dispositif global en faveur du développement durable a été mis en place par l’organisation. Des actions très concrètes ont été menées sur les transports, la consommation d’énergie, d’eau, la gestion des déchets, l’utilisation de matériaux recyclés ou recyclables sans oublier l’axe pédagogie et communication envers le public. Les émissions de CO2 ont par ailleurs été compensées (100% des émissions CO2 de l’organisation) via des opérations de reforestation dans les forêts tropicales. En 2013, cette action en faveur du progrès environnemental se poursuit dans la même ligne et ferveur.

Le programme du baptême du Class40

09.09.2013

Dans le cadre du baptême du Class40 "ERDF - Des pieds et Des mains", nous sommes heureux de vous accueillir de 10h à 18h sur l’esplanade du Carrousel pour une journée haute en couleurs,

en présence de Damien Seguin, skipper et Philippe Croizon, parrain du Class40.



LE PROGRAMME
:

 

10H - 18H : Un bateau dans la ville !

 

A quelques semaines du départ de la Transat Jacques Vabre, le nouveau Class40 de Damien Seguin sera exposé sur l’esplanade du Carrousel au Parc des Machines de Nantes.

Toute la journée, des animations seront proposées aux enfants sur les thèmes de la solidarité et des énergies renouvelables en collaboration avec les associations "Des pieds et Des mains" et les "Petits Débrouillards".

 

16H30 : Embarquement !

 

Profitez de cet événement exceptionnel pour une ballade de 35 min sur le Grand Éléphant de Nantes. Réservez vos places à bord en répondant à ce mail, avant le 20 septembre.

 

17H : Ça trompe énormément !

 

Le Grand Éléphant baptisera de sa trompe le CLASS40. Un moment unique et magique à vivre aux côtés de Damien SEGUIN.




Le parrain : 

Le parrain du Class40

Philippe Croizon, amputé des quatre membres à la suite d'un accident en 1994, est le premier nageur handicapé à avoir réussi la traversée de la manche à la nage (en 2010).

Il a relier symboliquement les cinq continents à la nage en 2012, avec Arnaud Chassery, nageur valide, en traversant quatre détroits à la nage, notamment le détroit de Béring le 18 août 2012.

Plan accès baptême Class 40

Le class40 de Damien baptisé par l'Éléphant de Nantes

28.08.2013

Du jamais vu ! C'est le Grand Éléphant qui baptisera le Class40 de Damien Seguin sur l’esplanade du carrousel à Nantes.

Venez assister le 28 septembre à ce moment unique et fort en émotions.

Programme et informations sur damienseguin.com

 

 

Des Pieds et des Mains prêt pour sa première course

12.08.2013

 

- Damien Seguin participera, à partir de dimanche à la Rolex Fastnet Race
- C’est la première course à bord de son nouveau ERDF – Des Pieds et des Mains
- Yoann Richomme ainsi que Nicolas Lunven seront à ses côtés
- Damien s’envolera ensuite vers l’Irlande pour le mondial de 2.4

Un mois après sa mise à l’eau, le nouveau 40 pieds de Damien Seguin sera aligné, dimanche prochain, sur la ligne de départ de la Rolex Fastnet Race. Cette course mythique, rassemblant plus de 350 unités, est au départ de Cowes, dans le sud de l’Angleterre. Pour Damien Seguin, cette première compétition est l’occasion de « tirer sur le bateau ». Car les premières semaines d’entraînement, au large de Pornichet ont été concluantes et il est temps aujourd’hui de se confronter à ceux qui seront ses concurrents sur la Transat Jacques Vabre. « Ceux qui vont vite sont là » explique Damien qui se réjouit de pouvoir comparer son Akilaria aux unités les plus récentes. Avec son numéro 131, ERDF Des Pieds et des Mains est le dernier né de la classe mais la période de rodage n’est pas tout à fait terminée. Pour faire progresser encore son monocoque, Damien emmène avec lui une équipe de choc. Son co-skipper sur la prochaine Transat Jacques Vabre, Yoann Richomme, est évidemment à bord mais Damien pourra également compter sur l’expertise d’un Nicolas Lunven, vainqueur de la Solitaire du Figaro 2009 ou de Ronan Floch, dessinateur de voiles chez Incidences.

Le bateau quittera le ponton de Pornichet en direction de Cowes demain soir. A l’issue de la Rolex Fastnet Race, Damien s’envolera vers l’Irlande où il retrouvera son 2.4 pour participer aux championnats du monde de voile paralympique, fin août.

Interview de Damien Seguin :
« Il y a un beau plateau sur la Rolex Fastnet Race. On compte 16 bateaux, ce n’est pas loin d’être la plus grosse flotte et ceux qui vont vite sont là. C’est d’ailleurs ce qui m’a décidé à participer. Le bateau n’est pas complètement prêt mais ça vaut le coup. Nous avons un bon équipage, ça va permettre de tirer un maximum sur le bateau. »







 

 

 

 

 

L'équipage ERDF-Des pieds et des mains a quitté Pornichet

12.08.2013

Retrouvez les photos de l'équipage au départ de Pornichet. Des sourires, le ciel bleu et le plaisir ! 




 

 

 

 

 

 

Damien Seguin et ses partenaires prennent le large !

18.07.2013

Le Class40 naviguera toute la semaine en baie de la Baule. Au programme, test de validation des voiles, safrans, ballasts.. et shooting photos !

Merci à tous ceux qui se sont déplacés pour venir assister à la mise à l'eau du Class40 lundi.

Pour ceux qui travaillaient : A voir absolument !

http://www.youtube.com/watch?v=aEoDzQEyKXM

http://www.ouest-france.fr/actu/

Mise à l'eau les premières photos

12.07.2013


Mise à l'eau du nouveau bâteau de Damien

Nouveau bâteau de Damien Seguin

ERDF soutient Damien

12.07.2013

ERDF renouvelle son soutien au skipper Damien Seguin

Partenaire depuis deux ans du skipper guérandais Damien Seguin dont elle partage les valeurs et l’engagement, ERDF a souhaité lui renouveler son soutien avec la signature d’un nouveau partenariat symbolisé hier par la mise à l’eau de son nouveau bateau, un 40 pieds (12,20 mètres) aux couleurs d’ERDF et de l’association « Des Pieds et des Mains ». Plus performant et plus innovant, associant moteur électrique et énergies renouvelables, ce monocoque reflète les activités et l’engagement d’ERDF dans le domaine du développement durable. Ses salariés pourront prochainement soutenir l’équipage, Damien Seguin et son co-skipper Yoann Richomme, lors de la prochaine Transat Jacques Vabre en Novembre 2013.


Un nouveau bateau plus « écolo » mis à l’eau

Arrivé début juin à St Nazaire, le nouveau monocoque 40 pieds « ERDF – Des Pieds et des Mains » a été mis à l’eau hier et a passé les premiers tests de sécurité. Il effectuera sa première sortie en mer dans les jours à venir.
Ce bateau qui allie performance et respect de l’environnement incarne parfaitement l’esprit dans lequel ERDF a souhaité renouveler son partenariat auprès du skipper Damien Seguin par ailleurs très engagé dans le domaine du handicap.
Doté d’un moteur entièrement électrique, de panneaux photovoltaïques et d’un hydro-générateur, le monocoque « ERDF- Des Pieds et des Mains » apportera une nouvelle énergie à Damien Seguin dont c’est le leitmotiv !


ERDF dans le vent avec Damien Seguin

ERDF a choisi de soutenir Damien Seguin, afin de porter et de partager ses valeurs de sportif exemplaire : ce skipper guérandais de 33 ans a démontré son engagement et son courage lors de nombreuses transats où il a su dépasser les éléments comme son handicap. Autant de valeurs partagées par ERDF, entreprise de service public très impliquée dans l’intégration professionnelle des personnes en situation de handicap.
Les salariés d’ERDF pourront notamment suivre les aventures du skipper guérandais et de son co-skipper, Yoann Richomme, lors de la transat Jacques Vabre qui débutera à partir du 3 novembre 2013.

Même pas bleu

08.07.2013

Damien Seguin et Yoann Richomme, le duo de choc de la dernière Transat Jacques Vabre (2ème au clasement), se sont retrouvés ce vendredi matin à Saint-Nazaire.

Après sa formidable épopée sur la Solitaire du Figaro en juin, Yoann découvre pour la première fois, le nouvel Akilaria Rc3. Un véritable coup de foudre : "le bateau est très bien conçu et vraiment adapté à une transat. Il donne déjà envie d'avaler des milles" avoue t-il.

Pour les deux jeunes skippers, le moral est au beau fixe. Grâce à une équipe de préparateurs supers motivés, Laurent, Phillipe, Gonzague et Tarek (venu de Tunisie), le Class40 sera mis à l'eau le 8 juillet. Un bateau déjà en avance sur les prévisions !

 article des pieds et des mains Même pas bleu


actualité des pieds et des mains même pas bleu

Damien Seguin sous les ailes d'AIRBUS

14.06.2013

AIRBUS crée une synergie entre ciel et mer aux côtés de Damien SEGUIN

Le constructeur aéronautique AIRBUS entre dans le club des Partenaires du Class40 « ERDF – Des pieds et Des mains » pour la saison sportive 2013.

« S’engager dans la voile aux côtés de Damien est avant tout un acte riche de sens, sur le plan de la performance humaine, du sport et du handicap », souligne Mathieu David-Hine, directeur des Ressources Humaines d’AIRBUS à Nantes. Fort et fier de ce nouveau partenariat, Damien se sent pousser des ailles : « Ce partenariat confirme que notre projet est ambitieux et fédérateur. AIRBUS est une société prestigieuse, je suis très heureux d’y être associer. L’aéronautique c’est aussi de la haute technologie, tout comme peut l’être l’approche de la performance, du défi et de l’innovation pour un voilier de course ».

Petit clin d’œil au calendrier : c’est aujourd’hui que l’A350 a effectué ce vendredi matin à 10 heures son premier décollage depuis les pistes de l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

Toutes les infos et les événements de AIRBUS sur http://AIRBUS.COM

Convoyage très exceptionnel pour Des Pieds et des Mains - ERDF

13.06.2013

 

A retenir dans ce communiqué :

- Le nouveau Des Pieds et des Mains – ERDF a été livré ce matin à St Nazaire
- Il a été transporté à bord du cargo Ville de Bordeaux
- Ce cargo géant a été conçu pour transporter les pièces de l’Airbus A380
- Le 40 pieds sera mis à l’eau à la fin de la première semaine de juillet

Ce n’est pas tous les jours qu’un voilier voyage à fond de cale mais c’est pourtant ce moyen de transport qui a été retenu par Damien Seguin pour transporter son nouveau 40 pieds. Le bateau, construit en Tunisie, a été livré ce matin à Saint Nazaire grâce au Ville de Bordeaux, un géant des mers utilisé par Airbus pour transporter les pièces de l’A380. Entouré d’un empennage au format XXL et de diverses pièces aéronautiques, l’Akilaria a franchi ce matin la porte – unique au monde - de 11 mètres de haut du Ville de Bordeaux. « C’est le début de l’aventure » souligne Damien qui voyait dans cet énorme colis un « Noël avant l’heure ». Après le passage en douane, le voilier a été transporté jusqu’au chantier où il sera préparé pour les premières navigations, début juillet. Dans les semaines à venir, il recevra le mât, l’accastillage, et l’électronique mais surtout le moteur électrique dernière génération qui constitue la principale innovation de ce monocoque. Damien participera, avec Yohann Richomme, son co-skipper, à la Rolex Fastnet Race au mois d’août afin de préparer la Transat Jacques Vabre début Novembre et bien sûr la Route du Rhum 2014.

 


 

Interview de Damien Seguin :

« Aujourd’hui, c’est Noël pour moi parce que j’ai reçu mon nouveau bateau. Il est arrivé ce matin à Saint Nazaire dans le bateau d’Airbus. C’est le 40 pieds sur lequel je vais courir les prochaines courses que sont la Transat Jacques Vabre et, dès l’année prochaine, la Route du Rhum. C’est le bateau que je voulais. J’ai décidé de construire un nouveau bateau pour des raisons essentiellement de performance. On est tombé d’accord avec l’architecte sur ce type de bateau là. Après six mois de construction et une semaine de mer, ça fait du bien de le voir arriver dans son port d’attache pour finir complètement la construction du bateau dans les trois prochaines semaines.
Airbus et le groupe IDEA sont les deux affréteurs qui ont permis au bateau d’arriver en temps et en heure à St Nazaire. Il y a un ensemble de partenaires locaux et nationaux qui se sont retrouvés dans les valeurs du projet que je défends et dans celles de l’association Des Pieds des Mains. C’est le début de l’aventure pour tout le monde et je trouve que c’est un beau début.
Les employés du chantier tunisien ont fait une jolie décoration, avec leurs mains posées sur le bateau. C’est un joli clin d’œil qui me touche beaucoup. »

http://www.damienseguin.fr/

Société communicante : 

Effets Mer

1 rue du Marché Popincourt

75 011 Paris

Tél. 01 43 14 01 91

agence@effetsmer.com

 

L'empreinte "Des pieds et Des mains"

13.06.2013


« Avant d’être une association de valeurs , Des pieds et Des mains c’est d’abord une association de personnes » soulignait Damien Seguin lors de son intervention à l’assemblée hier soir, et ajoutait « Les discours passent mais les empreintes restent ».
A l’occasion de son assemblée générale, l’association Des pieds et des mains, présidée par Alain Mustière et chère à Damien, accueillait des personnalités multiples : sportifs handisport, acteurs du tissu sport et handicap de la Région, partenaires et bénévoles.



Une ambiance de reconnaissance et de remerciements flottait dans l’air à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes ce lundi, qui avait mis à disposition une salle pour les convives de « Des pieds et Des mains ».

Retrouvez le compte rendu de l’assemblée générale de l’association et les actions 2013 sur www.despiedsetdesmains.fr
Cette réunion chaleureuse et interactive était également l’occasion pour le skipper nantais d’inviter l’ensemble des partenaires du projet sportif et solidaire : « ERDF – Des pieds et les mains« , pour lier les relations et créer des échanges.



Retrouvez la Vidéo présentée lors de la soirée ici :

 

Merci à tous !

Conférence Handicap et Performance

22.05.2013

 Damien Seguin a animé une conférence sur le thème « Handicap et Performance » pour les manageurs de l'entreprise AIRBUS à Nantes. Au programme, sensibilisation, témoignages et de nombreux échanges sur cette thématique.

"A l’heure où la Responsabilité Sociale et Environnementale est mise en avant, les actions autour du handicap sont un réel moyen de recentrer les rapports dans l’entreprise sur l’humain parce que nous ne sommes pas que des unités de rendement. Et c’est justement dans ce contexte que le handicap peut devenir un levier de performance dans l’entreprise" expliquait Damien aux 120 manageurs de AIRBUS réunis ce vendredi matin..






"Courir Ensemble" 2013

Ils étaient nombreux ce matin avec Damien, parrain de l'épreuve, à venir encourager les 1800 participants de la course "Courir Ensemble" organisée par Handicap International. Une belle journée de Sport et de Solidarité !



Question test pour les fans
:

Qui va voyager à bord

du "AirbusA380 onboard" et

arriver le 13 juin à Saint-Nazaire ?

 

 

Damien Seguin, une place de gagnée !

25.04.2013

Damien est 3ème à l'issue de cette avant dernière journée de la Sailing Word Cup. Le suspens est à son comble car il reste deux manches à courir et tout est encore jouable pour lui demain.

Interview :

« On le savait que ce serait dur pour une reprise comme ça. J'ai un peu l'impression de naviguer avec le frein à main aujourd'hui. C'est pas facile de retrouver des sensations dans des conditions compliquées. D'habitude j'aime bien ça mais là, c'était plus dur. Il y a un petit problème de vitesse et de sensations sur le bateau mais ça vient du fait que je n'ai pas beaucoup navigué. Du coup, ça manque de repère assez fins sur le bateau. On savait qu'on serait confronté à ce genre de difficultés. Il reste deux manches. Le podium est encore possible mais il va falloir faire une belle dernière journée. »

 

 

Damien Seguin passe à l'offensive

24.04.2013

Les 800 concurrents sont réunis depuis lundi à Hyères pour la Sailing World Cup (ex semaine olympique française). Pour le premier jour de régates, le vent a déserté le plan d'eau varois. Dans ces conditions, Damien Seguin a joué de malchance. Hier soir, il était à la 12 ème place au classement général.

Aujourd'hui et malgré des conditions assez similaires, Damien fait une belle journée avec enfin une manche gagnée ! Il remonte ce soir à la cinquième place au général , à 4 points du podium. Les concurrents devraient rencontrée des conditions plus musclées à partir de demain et jusqu'en fin de semaine. Avec le nouveau comptage de points valorisant les places de 1er, les classements devraient beaucoup évoluer dans les prochains jours.

 


Interview Damien Seguin
« Hier, c’était spécial. Nous sommes partis tard, dans des conditions très limites et j’ai tout fait à l’envers, aussi bien les bords de près que ceux de portant ! J’ai pris autant de points pendant cette première journée que d’habitude pendant tout le reste du championnat ! Aujourd’hui, les conditions étaient meilleures et je fais 1 et 4. Le format actuel permet de faire un bon retour car je sais gagner des manches comme je l’ai fait aujourd’hui. Hyères est ma compétition de reprise. C’est ma première régate depuis les Jeux Paralympiques et je ne me suis entraîné qu’une semaine. C’est toujours un peu énervant de débuter comme ça mais ça n’a rien de dramatique. »

Damien invité des Trophées de l'accessibilité

25.02.2013

C’est au Théâtre Saint Martin, à Paris, que s’est déroulée hier les troisièmes trophées de l’accessibilité, récompensant les plus belles initiatives en matière d’accueil du handicap. Damien Seguin, en tant que porte drapeau de l’équipe de France Paralympique a remis le trophée d’honneur à la ville de Londres devant plus de 1500 personnes.

C’est au Théâtre Saint Martin, à Paris, que s’est déroulée hier les troisièmes trophées de l’accessibilité, récompensant les plus belles initiatives en matière d’accueil du handicap. Damien Seguin, en tant que porte drapeau de l’équipe de France Paralympique a remis le trophée d’honneur à la ville de Londres devant plus de 1500 personnes. Philippe Croizon, l’homme qui a relié à la nage les 5 continents ainsi que Ryadh Sallem, membre de l’équipe de France de Rugby fauteuil étaient également présents lors de cette cérémonie.

La 3ème édition des Trophées de l’Accessibilité, proposés par le Conseil national handicap avec Accès pour Tous a eu lieu au Théâtre de la Porte Saint-Martin le 11 février 2013 (date anniversaire de la loi du 11 février 2005).

Les Trophées de l’Accessibilité récompensent des réalisations exemplaires dont chaque étape a été portée par une dynamique de développement commune à tous les acteurs.

L’objectif est de faire découvrir les attitudes, et les bonnes pratiques qui aboutissent à l’accessibilité pour tous et préfigurent la « cité de demain ».

C’est donc l’ensemble de la chaîne des compétences de l’accessibilité qui est récompensée.

Les jurys ont désigné les 9 lauréats des Trophées de l’accessibilité, dans les catégories suivantes :

  • Trophée Conseil d’enfants et de jeunes
  • Trophée Produit accessible à tous
  • Trophée accessibilité des Etablissement Recevant du Public (ERP)
  • Trophée accessibilité, intégration, mixité et citoyenneté
  • Trophée accessibilité & emploi
  • Trophées Collectivités territoriales
    • Trophée des collectivités (plus de 5 000 habitants)
    • Trophée des petites communes (moins de 5 000 habitants)
  • Trophée communication et sensibilisation
  • Et nouveauté 2013 : Trophée Tourisme et Handicap

Des Pieds et des Mains dans la course en 2013

25.02.2013

Depuis plus de 8 ans, Damien fait de « des pieds et des mains » le nom de son bateau en Figaro puis en Class40. Cette expression au sens évocateur est le symbole de son engagement et de son obstination pour la reconnaissance des personnes handicapées dans la voile.

 Au départ de la prochaine Transat Jacques Vabre, ce n’est pas une surprise de voir sur la ligne de départ, le nouveau Class40 de Damien aux  couleurs de « Des Pieds des Mains ». Les co-partenaires du projet s’y sont engagés ! Ce nom fédérateur donne sens aux valeurs développées dans leurs entreprises. Eux aussi font des efforts et multiplient les démarches pour renforcer l’esprit d’ouverture et l’intégration.

L’association Des pieds et Des mains et Damien Seguin : Un ADN  commun

« Des pieds et Des mains » est né du lietmotif  de Damien dans le sport et dans la vie en général : ne pas renoncer à ses rêves à cause d’une limite physique liée au handicap.

En 2004, Damien crée l’association « Des Pieds et des Mains » afin de promouvoir l’intégration des personnes handicapées dans la société en rendant accessible la pratique de la voile.

Président fondateur, il a depuis cédé sa place à la tête de l’association mais poursuit inlassablement son travail d’ambassadeur afin que son expérience de sportif de haut niveau serve d’exemple aux plus jeunes handicapés.

 Alain Mustière, nouveau président de l’association, en explique les objectifs  :

 » Damien a la volonté de montrer qu’on peut dépasser toute difficulté, y compris le handicap pour devenir sportif de haut niveau et il fait tout pour amener des jeunes handicapés à la pratique de la voile. Nous avons créé une sorte de « Fan Club » composé de jeunes handicapés, de bénévoles et de partenaires.  C’est un groupe qui suit Damien sur ses compétitions et soutient ses engagements sportifs et humains. »

Les autres objectifs de l’association :

-    Soutenir financièrement et humainement « les « jeunes pousses »  dans leur pratique de la voile (loisir ou compétition). Les dossier de candidature sont accessibles sur le site de l’association www.despiedsetdesmains.fr

-    Collaborer avec la Ligue de Voile pour faire la promotion du Handivoile et favoriser la mixité dans les structures nautiques adaptées, au cœur même des clubs existants.

L’ensemble des actions 2013 seront communiquées à l’ensemble des adhérents et des partenaires, lors de l’assemblée générale courant avril 2013.

A noter :  la régate « Mon Handicap met les Voiles » le 6 avril prochain au parc des exposition de la Beaujoire, à Nantes.

Nouveau bâteau en construction pour Damien Seguin

07.02.2013

Damien Seguin lance la construction d'un nouveau 40 pieds soutenu par un club de partenaires, son bâteau promet d'être innovant, notamment sur l'aspect de la production d'énergie.

 

Après une année 2012 consacrée en majorité au 2.4, c’est en 40 pieds que l’année 2013 va se conjuguer pour Damien Seguin.



Le skipper a en effet le plaisir d’annoncer qu’il participera à la prochaine Transat Jacques Vabre à bord d’un 40 pieds de nouvelle génération : l’Akilaria RC3. Ce monocoque, dessiné par le cabinet Marc Lombard est en ce moment en construction chez MC-TEC et sera livré début juillet. « C’est un bateau de série customisé » explique le skipper qui a apporté sa griffe personnelle sur le plan de pont, le mât et bien sûr, la garde robe puisqu’il a prévu de dessiner lui-même une partie des voiles.

 

Innovation. Mais la partie la plus innovante se cache sous le capot puisque c’est sur le volet énergie que Damien a planché le plus longuement. Son objectif : ne pas produire la moindre émission de CO2 et donc, ne pas embarquer la moindre goutte de gazole. Pour atteindre ce graal, souvent rêvé, rarement atteint, d’un bateau 100 % propre, le skipper a créé deux systèmes électriques. Le premier est alimenté par des panneaux photovoltaïques. Par ailleurs, un hydro-générateur fournira l’énergie aux servitudes, c’est-à-dire l’électronique, le pilote automatique, l’éclairage, etc. Le moteur – dédié uniquement à la propulsion - sera pour sa part relié à un parc de batteries, et donc complètement autonome.
Fraîchement élu au Conseil d’Administration de la classe, Damien a tout fait pour autoriser ce système, jusque là interdit et espère bien qu’il fera tâche d’huile. « L’idée est de prouver que ça marche et de démocratiser le système pour que ceux qui viennent derrière profitent de ce qui a été fait » explique le skipper qui s’est inspiré, pour convaincre la classe, des arguments développés par l’espagnol Javier Sanso, lui-même inventeur d’un système similaire pour son Acciona 100 % Ecopowered sur le Vendée Globe.

Partenaires. Pour permettre la construction de ce bateau, Damien a créé un Club de Partenaires, en grande partie nantais. Ces entreprises ont choisi de s’associer au projet pour des raisons sportives mais pas seulement. Le bateau portera les couleurs de l’association « Des Pieds des Mains » et les co-partenaires s’engagent sur un ensemble de valeurs véhiculées par l’association. A titre d’exemple, ERDF Ouest s’engage, en tant qu’employeur, auprès des personnes en situation de handicap alors que Robeco France, nouveau partenaire, est un investisseur financier qui privilégie les solutions éthiques. Tous ces partenaires se sont engagés pour deux ans et c’est donc jusqu’à la Route du Rhum 2014 que Damien peut se projeter aujourd’hui avec un objectif clair : la victoire.

Le 2.4 toujours à flots :
Le quillard paralympique est toujours d’actualité pour Damien qui participera cette année à la Sailing World Cup Hyères (ex-SOF) ainsi qu’au championnat du monde de la classe qui se déroulera au mois d’août en Irlande.

 

Interview de Damien Seguin :
« J’ai choisi l’Akilaria RC3, c’est le dernier des plans Lombart, pouvant rivaliser avec les derniers prototypes de Class40 qui viennent d'être construits. C’est un bateau de série mais je modifie le plan de cockpit ainsi que le mat pour arriver à ce que je voulais : un bateau de série customisé. J’ai été récemment élu au Conseil d’Administration de la Class 40 et j’ai soumis la possibilité de faire évoluer la jauge pour avoir un bateau équipé d’un moteur électrique qui ne produise pas la moindre émission de CO2. Il n’y aura donc pas un litre de gazole à bord. Il y aura un moteur électrique, sur batteries, ainsi qu’un hydro-générateur et des panneaux électriques. »
 

Interview d’Alain Mustière, président de l’association Des Pieds des Mains :
« L’association Des Pieds et Des Mains n’est rien sans Damien. Il a la volonté de montrer qu’on peut dépasser toute difficulté, y compris le handicap pour devenir sportif de haut niveau et il fait tout pour amener des jeunes handicapés à la pratique de la voile. Les partenaires sont dans cette continuité. S’ils n’étaient pas là, l’adhésion ne serait pas la même. C’est un écosystème entre l’association, Damien et ses partenaires qui adhèrent à l’épaisseur humaine de Damien et à un ensemble de valeurs. Les entreprises s’associent à une aventure qui est sportive, bien sûr, mais qui est avant tout humaine. »

Fiche technique :
Architecte : Cabinet Marc Lombard
Chantier : MC-TEC
Longueur HT : 12,19 m
Largeur : 4,496 m
Tirant d’eau : 3 m
Déplacement jauge : 4 500 kg

Programme de la saison 2014 :
- Printemps : construction / 40 pieds
-20 > 27 Avril : World Cup Hyères (ex SOF) / 2.4
- Début juillet : Mise à l’eau / Premiers tests / 40 pieds
- 10 > 15 août : Rolex Fastnet Race / 40 pieds
- 22 > 30 août : Mondial (Irlande) / 2.4
- Septembre : Baptême / 40 pieds
- 3 novembre : Départ de la Transat Jacques Vabre

Paralympiques 2012 & Damien Seguin

29.08.2012

Dernière ligne droite pour Damien !

Damien Seguin s’apprête à disputer ses troisièmes Jeux Paralympiques est en Angleterre depuis le 20 août. Le skipper a choisi d’arriver tôt à Weymouth pour prendre ses marques. « J’aime bien arriver en avance sur les épreuves. Cela me permet de prendre un peu la température et de me mettre dans le bain tranquillement sans se stresser avec la préparation du matériel » explique-t-il. Le porte-drapeau de la délégation paralympique française a consacré ses premières journées à s’acquitter des formalités imposées par l’organisation : contrôles, jauge... Damien s'est entrainé toute la semaine aux côtés d’Anne-Claire Le Berre, également présente à Weymouth. « Nous avons eu une semaine d’entrainement en commun très positive, je me sens bien et plus encore ! » confie Damien. Le coup d’envoi des Jeux Paralympiques sera donné demain lors de la cérémonie d'ouverture, à 20h30 (France O). Damien conduira avec fierté et émotion toute la délégation Française des ses Jeux paralympiques 2012.

Pour suivre la grande aventure sportive et humaine de Damien aux Jeux Paralympiques (1 au 6 septembre) :

Le site Internet de Damien vous proposera tous les soirs un résumé des épreuves du jour avec des photos et le témoignage de Damien en Vidéo : DAMIENSEGUIN.COM

La page Facebook de Damien pour vivre en temps réel sa compétition : http://www.facebook.com/pages/Damien-Seguin-Voile/

Les Rendez-vous :
-Mercredi 29 août à 07h50, Damien sera sur l'antenne de France Inter (7h50 - 8h20).
-Mercredi 29 août à 20h35, sur France Ô, Patrick Montel et Laurent Bellet commenteront en direct la cérémonie ouverture de ces Jeux Paralympiques depuis le Stade Olympique de Londres, dans lequel fileront 4200 athlètes représentant 160 pays. La cérémonie de clôture sera elle retransmise le dimanche 9 septembre à partir de 23h30 sur France Ô.
Des rendez-vous quotidiens !

poster equipe de France paralympique.jpg

Dès le 20 août, un rendez-vous sera proposé tous les jours sur France 3 à 18h45, présentant différents portraits d’athlètes à suivre pendant ces Jeux, et ce jusqu’à la cérémonie d’ouverture, le 29 août. Dès le lendemain, le 30 août, un magazine quotidien sera présenté par Patrick Montel. Il sera programmé aux alentours de 17h en semaine et 15h le samedi. Il prendra fin le 8 septembre. Chaque soir, après la fin des compétitions, France 3 consacrera un deuxième magazine de 52 minutes pour revivre tous les grands moments de la journée et ne rien rater des différentes compétitions. Patrick Montel, Alexandre Boyon, Laurent Bellet et Antoine Chuzeville seront sur place durant les 12 jours de compétition pour faire découvrir et vivre aux téléspectateurs les 20 disciplines sportives représentées lors de ces Jeux Paralympiques. A leur côté, Cyril Moré interviendra en tant que consultant, pour analyser toutes les compétitions. Ce magazine sera rediffusé le lendemain matin sur France Ô.

France 2 proposera chaque soir à 20h30, du 30 août au 9 septembre, L’Image du Jour, pour mettre en avant l’instant marquant de la journée écoulée.

 

Actualité : Tifenn Seguin

Le navigateur Damien Seguin, Porte-drapeau de l’Equipe de France Paralympique !

11.07.2012

Le Comité Paralympique et Sportif Français a annoncé ce matin, lors du J-50 des Jeux Paralympiques de Londres 2012, à la Maison du Sport Français (CNOSF), en présence de Valérie Fourneyron, Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et de la Vie associative et de Marie-Arlette Carlotti, Ministre déléguée en charge des personnes handicapées, l’identité du Porte-drapeau. Il s’agit du navigateur Damien Seguin, engagé en régate en solitaire sur 2.4 aux prochains Jeux Paralympiques qui conduira la délégation française lors de la cérémonie d’ouverture, le 29 août prochain.

Damien Seguin, succède ainsi à Assia El Hannouni, porte-drapeau lors des Jeux Paralympiques de Pékin en 2008. Habitué aux podiums, notamment paralympiques, Damien Seguin a été sacré Champion Paralympique lors des Jeux d’Athènes (2004) et a décroché l’argent aux Jeux de Pékin (2008). Vainqueur cette année du Championnat du monde et de la Semaine Olympique de Voile de Hyères, Damien Seguin navigue en tête du circuit mondial, une position qu’il espère fermement confirmer lors des prochains Jeux Paralympiques. Damien a également vu sa dernière saison couronnée en 40 pieds par une deuxième place sur la Transat Jacques Vabre.

32 ans / Club : SNO Nantes / Handicap : né sans main gauche / Profession : Professeur d’EPS

Réaction de Damien Seguin
« C’est un honneur et une fierté d’avoir été choisi par le Comité Paralympique et Sportif Français pour porter les couleurs de la France aux Jeux Paralympiques. D'abord personnel mais également pour les personnes qui m'ont permis d'arriver à ce niveau là, d'être ce que je suis aujourd'hui. C'est aussi une récompense pour ma discipline car c'est la première fois qu'un marin se voit confier cette responsabilité. Cette distinction me permet également de regarder un peu dans mon sillage, d'estimer le chemin que j'ai parcouru. Cela m'aide à valider le sens de ma démarche dans le mouvement paralympique et cet honneur qui m'est fait est à la mesure de l’admiration que je porte à ces hommes et ces femmes qui composent l’Equipe de France Paralympique. Je suis profondément convaincu que le sport, que ce soit du loisir ou du haut niveau, est un des meilleurs moyens de faire évoluer les mentalités. Les médailles récompensent la performance sportive, mais être désigné porte-drapeau de son pays récompense une démarche globale et une certaine forme d'exemplarité que je suis fier de représenter. »

Comment Damien Seguin envisage sa mission de Mission de porte-drapeau
"Je tiens particulièrement à ce que l'état d'esprit individuel et collectif de l’équipe soit irréprochable. J’aurais aussi à cœur d’accompagner les jeunes qui feront leur entrée aux Jeux Paralympiques. J'ai, avec d'autres "anciens", le devoir de les aider à s'intégrer, car les Jeux ne sont pas un événement comme les autres. Ma mission sera également de motiver, encore et toujours, pour que chacun se surpasse et puisse venir apporter sa médaille au collectif. Nous avons une très belle équipe cette année, c'est une superbe occasion de mettre en avant la France dans ce concert international.
En ma qualité de porte drapeau, je vais porter la voix officielle de cette équipe de France, je veux en être fier et je veux qu'elle soit fière de moi...."

Extrait palmarès
Chevalier de la Légion d’Honneur?et Officier de l’Ordre National du Mérite

2.4
Médaille d'argent Jeux Paralympiques Pékin 2008
Médaille d'or Jeux Paralympiques Athènes 2004
7 victoires Semaine Olympique Française
(2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2003, 2002)
Triple Champion du Monde en 2.4
(2012, 2007, 2005)

Course au large
2e Transat Jacques Vabre 2011
(Avec Yoann Richomme)
10e Route du Rhum 2009 Class 40 (45 bateaux)
4e Solidaire du Chocolat 2009 Class 40

 

Damien Seguin poursuit son festival

10.02.2012

Seulement deux semaines après son titre mondial, Damien Seguin confirme sa suprématie en 2.4. C’est en effet avec 25 points d’avance - un gouffre - qu’il s’est imposé sur la Rolex Miami OCR. « J’ai vraiment l’impression d’être chez moi à Miami » explique le coureur qui s’impose pour la quatrième fois de sa carrière dans les eaux de Floride.

« Sur le papier, c’est sûr que ça fait mal mais ça ne traduit pas vraiment ce qu’il s’est passé sur l’eau. Ca bataille beaucoup » relativise le Nantais qui affiche une régularité spectaculaire. Il a en effet remporté quatre des dix manches au programme de cette semaine et, en dehors d’une manche de 9, a toujours terminé parmi les trois premiers. Grâce à lui, la Marseillaise retentira ce soir lors de la remise des prix et sonnera le happy end d’un séjour américain d’un mois et demi. Après quelques vacances, Damien reprendra la route de l’entraînement dès le mois de mars. Il participera, au mois d’avril à la Semaine Olympique Française, étape française de la coupe du monde.

En Sonar, Bruno Jourdren et son équipage prennent la quatrième place. Xavier Rohart et Pierre-Alexis Ponsot, sélectionnés français en Star, disputeront leur medal race dans les heures à venir. Quatrième du classement général, ils peuvent encore espérer un podium.

Interview de Damien Seguin :
« C'est super, je suis vraiment content de gagner ici une quatrième fois, j'ai vraiment l'impression d'être chez moi à Miami ! j'ai bien navigué toute la semaine, je suis resté concentré sur mes objectifs car ce n'est jamais simple d'enchaîner les bonnes performances surtout après avoir gagné le Mondial. L'entente avec Thierry est super, on forme un bon duo pour les échéances à venir...  (…)
Sur le papier, c’est sûr que ça fait mal mais ça ne traduit pas vraiment ce qu’il s’est passé sur l’eau. Ca bataille beaucoup. Ma force est d’être très régulier. Même après un mauvais départ, je peux toujours revenir dans les quatre premiers et les autres n’ont pas cette capacité. En revanche, une fois que je suis devant, je creuse et il peut y avoir des écarts. »

Interview de Thierry Poirey, entraîneur :
« Tout le monde aura remarqué les points forts de Damien comme sa régularité avec 4 premières places sur 10 manches courues (à part sa 9ème place en plus mauvaise manche), sa capacité en cap et en vitesse notamment dans le medium, sa détermination à ne rien lâcher aussi bien en position devant que derrière. Miami reste toujours un paradis pour la voile et semble particulièrement convenir à Damien. »

Résultats définitifs :
1 FRA Damien Seguin 17.00 pts
2 CAN Paul Tingley 42.00 pts
3 NED  Barend Kol 48.00 pts

Plus d’infos :
http://rmocr.ussailing.org/index.php/results/2-4mr/

Titre : Damien Seguin
© JM Liot / DPPI

 

A retenir dans ce communiqué :
- Damien Seguin s’est emparé pour la quatrième fois de la Rolex Miami OCR
- C’est la première étape de la Coupe du Monde ISAF
- Il termine avec 25 points d’avance

Après le mondial, la Rolex Miami OCR

10.02.2012

C’est reparti pour Damien Seguin. A peine une semaine après son troisième sacre mondial, le coureur s’aligne dès lundi prochain sur la Rolex Miami OCR et n’a pas l’intention de se reposer sur ses lauriers. « Ca va être la guerre ! » annonce-t-il en ouverture de cette première étape de la Coupe du Monde.

Le niveau sportif est en effet identique à celui du championnat puisque seul son dauphin, Thierry Schmitter, est absent pour raisons familiales et que la régate est ouverte aux valides. La grande particularité de ce petit quillard est en effet de s’adapter à tous les publics, qu’ils soient handicapés ou non et le 2.4 séduit tous azimut. « On retrouve des gens qui ont terminé leur carrière en haut niveau et qui s’éclatent sur ce bateau » explique Damien, faisant notamment référence à Alan Leibell qui a porté les couleurs du Canada pour les Jeux Olympiques de Munich (1972) et de Toronto (1976). 5ème du championnat du monde 2009, l’ancien sélectionné olympique est toujours affuté même si les paris s’orientent plutôt vers le canadien Paul Tingley, 3ème du championnat du monde, ou la britannique Helena Lucas, 4ème. Damien, en terminant le récent mondial avec 17 points d’avance sur son dauphin fait bien sûr office de grand favori.

En Sonar, quillard à trois équipiers, c’est Bruno Jourdren qui défendra les chances françaises. Le Breton, accompagné par Nicolas Vimont-Vicary et Bruno Flageul, vient de prendre la deuxième place du championnat du monde.

DamienERDF.jpg

 

DamienSeguin.jpg

 

Interview de Damien Seguin :
« Miami est une des étapes de la Coupe du Monde que je préfère. J’ai pris un peu de repos après le mondial mais dès que le bateau sera à l’eau, ce sera reparti. Ça va être la guerre ! Cette régate est ouverte aux valides, il y a du niveau. »

Plus d’infos :
http://rmocr.ussailing.org

http://www.damienseguin.fr/

Titre : Damien Seguin
Commentaire : Pour toute demande presse, contacter Arnaud Letrésor, agence DPPI (aletresor@dppi.net; 06 31 58 69 03)
© JM Liot / DPPI

A retenir dans ce communiqué :
- Damien Seguin débute lundi la Rolex Miami OCR
- L’épreuve est également ouverte aux équipages valides
- Bruno Jourdren, vice-champion du monde en Sonar, est également engagé

ERDF Des Pieds et Des Mains, deuxième Class40 de la Transat Jacques Vabre 2011

24.11.2011

C'est à 18 heures 08 minutes et 26 secondes (heure de Paris), soit 11 heures 08 minutes et 26 secondes heure locale au Costa Rica, que Damien Seguin et Yoann Richomme en ont terminé avec la 10ème Transat Jacques Vabre. En ralliant Puerto Limon au terme de 23 jours 3 heures 08 minutes et 26 secondes d'une course effrénée et éreintante, les deux marins qui faisaient équipe pour la première fois sur l'Atlantique, accrochent une superbe deuxième place, seulement neuf heures après les vainqueurs en Class 40. Particulièrement heureux de ce dénouement, les hommes d'ERDF et Des Pieds et Des Mains, accèdent à la satisfaction de rentrer pleinement dans leurs objectifs de départ. 

Que du bonheur !

C'est le 2 novembre dernier que les duos de la Transat Jacques Vabre 2011 avaient quitté le port du Havre et mis le cap sur une épreuve qui, s'ils ne le savaient pas encore, prendrait très vite les allures d'un morceau de bravoure. Avec d'entrée une première dépression, annonciatrice d'une longue série de phénomènes météo tous aussi violents et difficiles à négocier les uns que les autres, rien n'était épargné aux marins. Un scénario sur lequel Damien Seguin revenait au moment de son arrivée au Costa Rica :  " On était tous focalisés sur les conditions musclées du départ et des premiers jours, mais on se rend compte que les conditions ne se sont jamais réellement amélior&eac ute;es depuis. Nous avons rebondit de phénomène complexe en phénomène complexe, sans que ça s'arrête. Le plus dur a finalement été de savoir par où ça allait passer. Il n'y a jamais vraiment eu personne de complètement enterré et tout le monde a gardé ses chances. Il fallait donc jouer sa carte et ne pas baisser les bras".

Le choix du Sud
Pour tirer son épingle d'un jeu atlantique particulièrement chahuté, c'est par un passage au Sud du gros de la tempête, moins d'une semaine après le coup d'envoi des hostilités, que le duo d'ERDF et Des Pieds et Des Mains choisissait d'aller chercher son salut, privilégiant ainsi la confrontation avec des co nditions plus maniables. " On a choisi très tôt de préserver le matériel, de ne pas rentrer dans le côté dur et fort de la dépression. Ca nous a permis de sauver notre régate. A aucun moment nous avons regretté de ne pas être partis dans le Nord, d'abord parce qu'on ne savait pas comment aurait réagi le bateau même si on savait qu'on avait un compagnon de route très costaud". Si au Nord, Yannick Bestaven et Eric Drouglazet se sortaient sans encombre d'un épisode qui mettait à mal les espoirs de certains gros bras de la Class 40, Damien Seguin et Yoann Richomme s'installaient alors aux avant-postes et préservaient tout leurs arguments. Un motif de satisfaction évident que le co-skipper mettait en avant à l'heure de toucher terre : " Les conditions de la première semaine ont été très difficiles et ce sont elles qui ont d écidé du sort de la course finalement. Il y avait un choix à faire, et nous avons choisi la route  Sud, plus sécurisante pour nous comme pour le bateau. On savait en revanche, que si un des bateaux du Nord s'en sortait, ce serait difficile pour nous de revenir ".


Transat-jacque-vabre.jpg



Une fin laborieuse mais des objectifs remplis 

D'une rapidité presque jamais vue en Class 40 à l'entrée de la mer des Caraïbes et faisant preuve d'une belle gestion humaine et matérielle, Damien Seguin et Yoann Richomme devaient toutefois "souffrir" jusque dans les derniers milles de cette Transat Jacques Vabre pour accrocher cette deuxième place Ô combien méritée. Sous la pluie et surtout sous l'influence d'une situation orageuse, c'est à 18 heures 08 minutes et 26 secondes que les marins d'ERDF et Des Pieds et Des Mains  en finissaient avec leur joli parcours. Un tableau final résumé par le jeune co-skipper : "Le vent nous a fait des misères sur les dernières heures de course. La fin de cette transat a été un peu laborieuse. Nous avons vécu une dernière nuit assez difficile, avec le grand noir, des grains et de la pluie tout le temps. Cette zone orageuse ne nous a pas permis d'aller où nous voulions et du coup on s'est fait un peu avoir sur la fin. Globalement je suis content d'en terminer, même si on aurait préféré que ça se fasse autrement que sous la pluie". Tout sourire et très heureux, Damien Seguin pouvait laisser s'exprimer toute la satisfaction d'un très beau travail et d'une préparation sans faille : "On fini quasiment au près. En fait, on a l'impression de ne quasiment jamais être rentré dans la mer des Caraïbes, de ne jamais avoir franchi l'arc antillais, tellement nous avons peu vu le soleil ! Notre bateau est une carène de première génération, mais un bateau bien né, bien construit. Nous l'avons bien optimisé et ce résultat c'est aussi celui d'une solide préparation. Ce qui a pu casser à bord relève vraiment de l'usure normale du matériel. Je suis très heureux de ce résultat".



ERDF et Des Pieds et Des Mains à 48 heures du but

23.11.2011

C'est la dernière ligne droite pour le duo ERDF et Des Pieds et Des Mains... et quelle ligne droite ! Ainsi depuis ces dernières heures et leur entrée en mer des Caraïbes, Damien Seguin et Yoann Richomme affolent-ils les compteurs, lancés à pleine vitesse vers l'arrivée à Puerto Limon. Avec les 321,7 milles affichés au compteur hier soir, les deux hommes ont presque fait tomber le record des 350 milles en 24 heures à bord d'un Class 40. C'est dire s'ils ont fait fumer leur monture. Revenu à des vitesses plus "conventionnelles" les marins pointent désormais leur étrave vers les ultimes heures de course dans cette 10ème Transat Jacques Vabre, annonçant leur point final dans la journée du 24 novembre, entre 12 heures et 15 heures TU.

Depuis leur entrée en mer des Caraïbes ce week-end, Damien Seguin et Yoann Richomme ne ménagent pas leur peine pour réduire les milles qui les séparent de l'arrivée à Puerto Limon. A la faveur de conditions particulièrement soutenues une fois paré l'arc antillais, les hommes d' ERDF et Des Pieds et Des Mains ont ainsi passé la surmultiplié, alignant les milles jusqu'à se rapprocher du record de distance sur 24 heures. Un régime express qui suscitait la fierté autant que la satisfaction chez le skipper ligérien à l'occasion de la vacation du jour : " Depuis notre passage entre la République Dominicaine et Porto Rico, nous avons eu pas mal de vent, ce qui nous a permis de faire 24 heures à fond. Nous avons joué sur la corde raide. On s' est mis dans le rouge mais on en a profité pour avancer. Nous étions sous grand voile un ris et le petit spi devant. Les conditions étaient humides, la nuit noire. On était attaché à notre poste de barre, à se relayer toutes les deux heures. Quand les conditions se sont un peu calmées et que nous avons retrouvé 30 nœuds - quand même - on était content ! Mais c'est vrai que toutes les conditions étaient réunies pour que nous lâchions les chevaux à ce moment là. Nous savions que le bateau était à 100% et nous ne nous sommes pas posés de question. Du coup, on va arriver un peu plus tôt, ce qui n'est pas pour nous déplaire ! "


A 500 milles du but !

Dans un message envoyé du bord à la  mi-journée, Damien Seguin en profitait pour donner quelques précisions sur l'arrivée estimée à Puerto Limon : " le 24 entre 12 et 15h TU ". Mais avec encore 500 milles à parcourir, le duo ERDF et Des Pieds et Des Mains n'en a pas encore tout à fait terminé avec cette transatlantique. Ainsi, à 48 heures du dénouement au Costa Rica, profiteront-ils de toutes les occasions pour réduire encore l'écart avec le leader, stabilisé autour des 115 milles depuis plusieurs pointage, tirant parti des conditions favorables du moment : " On a actuellement 20 à 25 nœuds, avec une mer hachée et des passages de grains qui font monter le vent à 35 nœuds. Il faut rester vigilant. Les conditions ont quand même radicalement changé depuis notre passage de l'arc antillais. L'adaptation s'est faite brutalement mais ça nous a bien servi. Cette course et les performances des derniers jours m'ont aussi donné envie de continuer et d'avoir de nouveaux projets. Mais en attendant, rendez-vous dans deux jours !  ".

yoann-Rochomme.jpg

damien-seguin-transat.jpg 

 


Les Class40 "ERDF et Des pieds et Des mains" sur la Transat Jacques Vabre.

24.10.2011

Damien Seguin prendra, le 30 octobre prochain, le départ de la 10ème édition de la Transat Jacques Vabre, en duo avec Yoann Richomme. Le nom de son bateau symbolise l'engagement des partenaires de Damien Seguin dans son aventure sportive et solidaire.

A l'occasion du départ de la Transat  Jacques Vabre. Les bénévoles de l'association vous accueilleront  au sein du stand partenaire ERDF - Zone 1 du village de Course - du 21 au 30 octobre 2011.

Suivez la course en direct sur le site Transat Jacques Vabre

Ultime phase de préparation pour Damien Seguin et Yoann Richomme

14.10.2011

A 27 jours du départ de la Transat Jacques – Vabre qui ralliera le Havre à Puerto-Limon au Costa Rica, Damien Seguin et son co-skipper, Yoann Richomme, entrent dans la dernière phase de préparation. A bord du Class 40 rebaptisé « ERDF et Des pieds et Des mains », suite à la poursuite du partenariat entre le skipper et l'entreprise de distribution d'énergie, le binôme enchainera les navigations dans les semaines à venir, tout en travaillant à l'avitaillement et la météo. Un programme chargé qui devrait faire filer le temps à la vitesse de la lumière, vécu comme une aubaine par les marins qui ont hâte d'être au 31 octobre prochain.

ERDF dans la course !

Initié en mars 2011 par Patrick Dubois, directeur d'ERDF Ouest, le partenariat mis en place pour le Record SNSM et le Mondial Class 40 aux côtés de Damien et de son association « Des pieds et Des mains », a été officiellement prolongé à quelques semaines du départ de la Transat Jacques Vabre ; les valeurs de performance et de solidarité étant partagées par l'entreprise gestionnaire du réseau de distribution en France et superbement véhiculés en interne. Damien confiait que ce soutien ne s'arrêterait pas à cette course : « ERDF Ouest nous a fait savoir son envie de prolonger l'aventure et devient aujourd'hui le partenaire principal du bateau. En plus d'actions visant le grand public, cela leur permet de mobiliser leurs salariés et leurs parties prenantes. C'est une réelle association amenée à perdurer jusque La Route du Rhum 2014. »


A deux, c'est mieux !

Avant cela, une échéance de taille attend Damien et Yoann avec cette transatlantique en double. Tous deux engagés jusque là sur leurs circuits respectifs, les deux hommes vont se retrouver dès le 5 octobre pour deux semaines en Loire Atlantique afin d'effectuer les dernières navigations d'entrainement. « Je viens juste de terminer ma saison Figaro Bénéteau sur la Quiberon Solo », explique Yoann « et rejoins Damien en milieu de semaine à Pornichet. J'ai bien récupéré, me sens bien en forme, et ai hâte d'y être ! En plus, le bateau est totalement prêt, donc nous nous consacrerons uniquement à la performance, en travaillant notamment les polaires et les différentes configurations de voile. » Des navigations de jour, comme de nuit, permettant aux deux marins de reprendre leurs marques à bord. « L'objectif n'est pas de se mettre dans le rouge, ajoute Damien, car nous sommes à moins d'un mois du départ, mais avant tout de reprendre des automatismes et de bien se coordonner. »


Bien manger, c'est le début du succès !

Fort de son expérience sur La Route du Rhum-La Banque Postale 2010, Damien consacre également du temps à la sélection de la nourriture que les deux hommes embarqueront pour la traversée. Entre les lyophilisés et les plats préparés, il y en a pour tous les goûts, mais les bienfaits énergétiques de ces derniers restent parfois à ajuster : « J'ai travaillé ma nutrition avec une diététicienne l'année dernière, me permettant de savoir quand manger quoi. Avec le traiteur Le Taillandier à Nantes, je travaille étroitement sur la composition des plats préparés que nous embarquerons. Entre le moral et l'apport de protéines, la nourriture est un facteur important pour une course comme celle-là. »

Le Class 40 « ERDF et Des pieds et Des mains » rejoindra le port du Havre à la mi-octobre, en mode équipage mais sans son co-skipper, retenu à la même date sur une sélection Figaro Bénéteau à Port-la-Forêt.




ERDF et Des pieds et Des mains 9ème du Mondial Class40

13.10.2011

Le Mondial Class40 s'est terminé dimanche à Bénodet. L'équipage de Damien Seguin sur "ERDF et Des pieds et Des mains" se classe 9ème à l'issu de 7 courses.

Un résultat mitigé mais Damien reste positif pour la suite du programme :

 

" Le niveau de ce championnat était très élevé. Yoann et moi sommes préparés pour des courses longues et tactiques. Sur ce type de régate, il faut un équipage plus important qui a l'habitude de s'entraîner régulièrement ensemble. C'était un bon entraînement à la manoeuvre. Notre principal objectif était de préserver le navire et de se comparer aux autres en terme de vitesse. Le bateau, un peu plus âgé, est moins rapide, mais sur une transatlantique, le résultat se fait sur des choix tactiques et l'analyse météo. Nous sommes prêts à en découdre le 30 octobre prochain, au départ du Havre."

 

Le rendez-vous est donc pris avec les deux skipper. Les prochaines semaines seront consacrées aux derniers préparatifs et à une série d'entrainements en double au large de Saint-Nazaire.

 

Deux partenaires invités à bord : Geoffroy Roux de Bezieux (Virgin Mobile) et Jean-Pierre Ciglia (Nantaises des Eaux Services).

Les deux partenaires de Damien Seguin ont pris place à bord du Class40 le temps d'une régate. Damien se félicite de cette rencontre :

 

"C'est un immense plaisir de faire partager mon sport. Je remercie Geoffroy Roux de Bézieux et Jean-Pierre Ciglia de nous avoir accompagné. Ils ont relevé le défi avec enthousiasme et brio ! Je remercie aussi toute l'équipe de ERDF pour leur animation à terre et l'équipe de Des pieds et Des mains qui nous ont soutenu à bord de la vedette. C'est extraodinare d'avoir son fan club sur l'eau. Et le spectacle était superbe ! A bientôt. Damien "