L’actualité de l’association de Damien Seguin


Sale temps pour les textos

13.11.2013

A retenir dans ce communiqué :
- Damien Seguin et Yoann Richomme sont troisièmes
- Ils emmènent la meute des poursuivants
- ERDF – Des pieds et Des mains a été le plus rapide de la flotte cette nuit
- La question du jour : quand empanner ?

Les premiers jours de cette transat Jacques Vabre sont mouvementés pour les 40 pieds. Yoann Richomme, joint par téléphone en fin de matinée, explique que les conditions actuelles au large du Portugal sont éprouvantes. « Même écrire un SMS est compliqué » annonce t’il, dépité, alors que Damien est à la barre pour négocier des surfs qui flirtent avec les 25 nœuds (50 km/h). Depuis qu’ils ont quitté Roscoff dimanche matin, les deux hommes ont « mis du charbon » mais ils ont payé un prix exorbitant le Cap Finisterre et son « passage à niveau » format XXL. Alors que les deux premiers (GDF Suez et Mare) s’échappaient dans un vent soutenu, Damien et Yoann s’engluaient pour de longues heures dans un Atlantique pétoleux. « Ça s’est joué à une ou deux heures » enrage le co-skipper qui n’a pu que constater l’envolée des deux leaders. Cette nuit le vent est enfin rentré. ERDF – Des pieds et Des mains a été le plus rapide de toute la flotte et est parvenu à distancer un peu ses plus proches concurrents, SNCF - Géodis et Watt and Sea. Les prochaines heures pourraient permettre de creuser – ou non – cet écart avec un choix stratégique décisif à long terme. Damien et Yoann devront décider du meilleur moment pour empanner et pointer leur étrave vers le sud, en route directe vers le pot au noir qu’ils atteindront dans une petite semaine. Ils ont pour l’instant une certitude, c’est que les conditions musclées vont durer encore deux jours. Après, ça, ils pourront se réconcilier avec les SMS.

Interview de Yoann Richomme, co-skipper : 
« On a 25 à 30 nœuds de vent en permanence. Hier, on est monté à 25 nœuds (50 km/h) en surf, je ne pensais pas que c’était possible ! On a été les plus rapides de la nuit. Nous avons eu un énorme passage à niveau au large du Cap Finisterre. Ça s’est joué à une ou deux heures. Je savais qu’il y avait ça devant nous et nous avons mis du charbon pendant tout le golfe de Gascogne mais ça n’a pas été suffisant. Mare n’avait que deux heures d’avance sur nous et ils sont partis comme des voleurs. Sébastien et Fabien (GDF Suez) ont réussi à garder la tête avec un arrêt au stand ! Ils ont aussi eu un peu de réussite. Cela dit, on est troisième et ça c’est super. Il nous reste deux jours stressants dans le vent fort. On sait qu’on a la bonne configuration de voile car nous allons vite par rapport à nos poursuivants. Après, ça va se calmer et on va pouvoir recommencer à vivre normalement. En ce moment, ça bouge beaucoup. Même écrire un SMS est compliqué ! 
Je regarde ce qu’ils font derrière. Nous cherchons tous à gagner dans l’ouest pour empanner et descendre en route directe vers le Pot au Noir. Nous devrions y être dans huit jours environ. »  

Classement provisoire le 13 novembre à 9h38 UTC
1. GDF Suez – Sébastien Rogue – Fabien Delahaye à 4469 milles de l’arrivée
2. Mare / Jörg Riechers – Pierre Brasseur à 16,42
3. ERDF – Des pieds et Des mains / Damien Seguin – Yoann Richomme à 114,17