Changement de skippeur à la barre du Mini 6.50 Des Pieds et Des Mains

Alix Jaekel avec un grand sourire à la barre du Mini 6.50 Des Pieds et Des Mains

Publié le mercredi 6 mars 2024

C'est finalement Alix Jaekel, deuxième de la sélection "Handi(cap) sur la Mini Transat 2025", organisée au printemps 2023 par Des Pieds et Des Mains, qui va prendre la barre du Mini 6.50 aux couleurs de l’association. Elle remplace Benoit David, le navigateur unijambiste vainqueur de la sélection, malheureusement contraint de se retirer du projet.

"C’est une histoire de planètes mal alignées." C’est par ces mots que Benoit David, amputé d’une jambe à l’âge de 19 ans, justifie son retrait du projet soutenu par la Fondation d’entreprise OCIRP. "Une décision très difficile à prendre" pour cet homme engagé, fondateur de l’association "Marcher sur l’eau" - une école de voile handivalide -, qui rêvait d’être à la barre de "ce projet extraordinaire, porté par une association qui l’est tout autant". Avec elle, le Varois comptait bien faire tomber les barrières du handicap, comme il l’a toujours fait. Mais la réalité l’a rattrapé, non sans regrets, mais sans remords : "Je souhaite bon vent à l’association et à Alix (Jaekel) qui, j’en suis persuadé, sera une super ambassadrice pour Des Pieds et Des Mains. C’est une navigatrice talentueuse et surtout une personne qui saura porter les valeurs prônées à travers ce beau projet." Bon vent à toi aussi Benoit. Et merci !

Alix Jaekel et Benoit David à bord d'un Mini 6.50 lors de la finale de la sélection "(Handi)cap sur la Mini Transat 2025". © Bruno Bouvry
 

"Semer des graines dans notre sillage, quelles que soient nos différences"

C’est donc Alix Jaekel, deuxième de la sélection handivalide, qui remplace Benoit David au pied levé. Elle sera investie d’une mission, chère à l’association Des Pieds et Des Mains et partagée par la Fondation d'entreprise OCIRP : "Faire voler en éclats les préjugés sur le handicap par une pratique mixte de la voile". La jeune femme, âgée de 35 ans, se dit "motivée comme jamais" pour défendre cette cause qui lui tient à cœur. Et qu'importe si elle n'est pas elle-même en situation de handicap, bien au contraire : "On ne doit pas attendre d’être personnellement touché par le handicap pour s’en préoccuper, explique la skippeuse de La Rochelle, nouveau port d'attache du projet. L’inclusion ça nous concerne tous. Qu’on soit handicapé ou valide, il y a de la place pour tout le monde ! J’ai envie de partager cette vision, sans avoir la prétention de parler "au nom de". Et la voile est un sport génial pour ça. C’est un support réjouissant pour mettre en lumière ces sujets. Symboliquement pour certains et concrètement pour d’autres, on va pouvoir embarquer plein de monde avec nous. Tous ensemble, on va partager une belle aventure et semer des graines dans notre sillage, quelles que soient nos différences". Pour faire changer le regard sur le handicap et renforcer la mixité, dans le monde de la voile et la société par ricochets.

Alix Jaekel se dit "heureuse et fière" d'embarquer dans cette aventure riche de sens. © Bruno Bouvry
 

Alix Jaekel et la voile : coup de foudre à Brighton

Alix Jaekel est née et a grandi à Paris, loin des plans d’eau. Puis elle s'est assise sur les bancs de la fac de lettres, avant de décrocher un Master en communication à Sciences Po. Rien ne la prédestinait donc à faire de la voile son métier. C'est finalement à Brighton, sur la côte sud de l’Angleterre, où elle a débarqué pour poursuivre une jeune carrière de communicante, qu’elle a découvert la navigation, sur le tas et sur le tard, à l’âge de 30 ans. Et en embarquant sur des voiliers de propriétaires qu’elle a tiré ses premiers bords, non sans appréhension : "J’avais peur de l’eau ! Pourtant, très vite, j’y ai pris goût. La voile et moi, ç’a été un coup de foudre !" À bord, elle s’est dévoilée, a beaucoup appris sur elle, réalisant des choses qu’elle pensait jusque-là impossibles. "C’est comme si j’avais découvert un autre monde, dans lequel j’avais des super pouvoirs, décrit Alix. Une découverte trop folle pour la garder pour soi !" Alors après deux ans de régates côtières et hauturières outre-Manche (Round the Island, Cowes Week, Transmanches, Régates du RORC…) et un périple à bord de son premier bateau, acheté avec son compagnon, elle se dit maintenant "prête à transmettre ces super pouvoirs à un public qui ne s’imagine pas en avoir."

La voile a mené Alix Jaekel jusqu'au Groenland, au cours d'une expédition polaire, à l'été 2022. © Ramona Waldner
 

Seule à bord mais avec un océan d’espoir dans son sillage

Employée d’une voilerie dirigée par Xavier Dagault - navigateur atteint d’une sclérose en plaques, accompagné il y a quelques années par… Des Pieds et Des Mains ! - Alix Jaekel, titulaire d’un CQP "initiatrice voile habitable", ne manque jamais une occasion d’embarquer : convoyages, régates, entraînements… Il y a deux ans, elle a aussi participé à l’expédition Via Sedna, entre terre et mer. Avec un équipage 100% féminin, elle a vogué pendant trois mois jusqu’aux montagnes du Groenland, pour y ouvrir de nouvelles voies. "Naviguer en équipage c’est une expérience humaine très forte, mais aujourd’hui je suis attirée par le solitaire", confie Alix. Un faux solo. Car pour elle, la Mini Transat, "c’est LA course où on n’est jamais seul." Celle sur laquelle elle rêve d'emporter un océan d’espoir dans son sillage. Celui de millions de personnes en situation de handicap.

À bord du Mini 6.50 Des Pieds et Des Mains, la jeune navigatrice n'aura qu'un seul cap : "Faire voler en éclats les préjugés sur le handicap !" © Christophe Launay / Sealaunay
 

Alix Jaekel, qui a récemment débuté les entraînements au Centre d’Excellence de Voile (CEV) de La Rochelle, va très vite plonger dans le grand bain de la course au large. Première course pour elle : la Pornichet Select 6.50 (départ le 4 mai, 300 milles nautiques en solitaire) avant la Mini en Mai (départ le 20 mai, 500 milles nautiques en solitaire). Deux premières étapes cruciales en vue de l’objectif final : la qualification pour la Mini Transat 2025 !

Rédigé par : Jérémy Delaunay

Ce site internet utilise des cookies pour son bon fonctionnement. Par son utilisation vous en acceptez toutes les modalités.